Partir

Partir un peu pour mieux se retrouver. Partir à deux en amoureux. Il n’est déjà pas simple de composer à deux en tant que parents quand on a des jeunes enfants mais alors construire son couple quand les enfants sont déjà là, ça relève un peu du miracle. J’ai l’immense chance que le miracle se soit produit, que notre amour se construise autour des enfants et que nous arrivions quand même à passer du temps rien que tout les deux, de temps en temps.

J’ai souvent des envies d’ailleurs, mais peu de temps pour accomplir mes voeux et peu de budget aussi. On a prévu des vacances tous les 4 pour cet été, des vrais vacances en famille au bord de l’eau. Mais on a aussi envie de profiter à deux. L’an dernier, nous étions partis à Amsterdam, à San Sebastian et à Bruxelles. On a toujours fait des voyages « petit budget », parce qu’on ne peut pas partir bien loin ni bien longtemps en raison de mes chouquettes que je ne me vois pas confier 1 ou 2 semaines à leurs grands-parents. En plus je n’ai jamais été séparée d’eux plus de 5 jours d’affilés. C’est peut-être bête mais je me l’interdis.

Je culpabilise toujours de les faire garder et je me fais toujours violence pour profiter sans eux. Mais je le fais. Parce que je sais au fond que j’en ai besoin et que je ne suis pas qu’une mère.

Donc dans un mois, jour pour jour, nous partons à nouveau avec le Gros Chat. Quelques jours à Londres. Quelques jours d’évasion (grâce à la cagnotte d’anniversaire de mes amis que je ne remercierai jamais assez ❤ ), un programme presque inexistant pour pouvoir profiter de l’instant. Un guide papier, une carte, une auberge de jeunesse et en avant.

J’ai un truc pour que les enfants soient toujours un peu là. Ce truc c’est Claudine. C’est la fève de mon fils. On l’amène partout, elle est toujours dans mon sac. Je fais des photos et je les développe pour les enfants qui ont une petite galerie de Claudine en vadrouille.

J’espère amener bientôt Claudine au Canada, c’est une destination qui nous attire beaucoup avec le Gros Chat. Ou encore au Portugal. Ou sur une île entouré d’eau turquoise. Ou en Nouvelle Zélande. En attendant de pouvoir faire des voyages avec les enfants, qui réclament de prendre l’avion et le train, pour eux aussi partir loin !

———————————————-

Article du deuxième rendez-vous de la team Bordeaux sur le thème « envies de voyage ». Après le premier rendez-vous sur la thématique « Vide ton sac ! » 
Retrouvez les autres récits des membres de la Team Bordeaux : MamourblogueDress me and my kidsModaliza photoHautes comme 3 pommesMaman au balconMummyaddictJulie Podecolle, Ptea PotesLe blog de VioChroniques de maman

Ceux qui rêvaient

Tous les matins tu me demandes si c’est aujourd’hui le grand jour. Et tous les matins je t’explique qu’il va falloir patienter encore un peu. Parce que même si tu es une petite fille formidable tu es trop petite. Tous les matins, tu soupires et tu me demandes quand est-ce que tu vas pouvoir. Alors je te réponds « bientôt ». Tu rêves d’aller à l’école. Ça te fascine et tu n’es jamais plus heureuse que quand tu passes la porte pour aller déposer ton frère. Tu ne rêves pas d’être une princesse, tu veux être maîtresse d’école. Du haut de tes deux ans tu es déjà si déterminée.

Tu rêves et tu avances, chaque jour un peu plus.

Et toi mon grand, tu rêves d’ailleurs. Comme tu le dis si bien, si ta tête et si grosse c’est parce qu’il y a plein de rêves dedans. Tu portes tes rêves toute la journée, ils sont si grands que je peux les voir. Tu rêves de revenir à la plage. Tu le dis sans arrêt. Tu voudrais qu’on t’amène à Lacanau pour voir l’océan qui t’a fait si peur la dernière fois. Est-ce que tu veux vaincre cette peur ou juste jouer dans le sable ? Je ne sais pas. Mais je t’entends, quand tu joues, attacher ta soeur sur la voiture-coffre-à-jouets et lui dire « viens on s’en va, ici il pleut. On va à la plage ! »

Et ta soeur te suit. Elle te suivrait partout. 

Vous êtes trop petits pour que je vous dise Allez, Vivez, Devenez. Je voudrais toujours vous protéger, garder cette connexion profonde avec vous. Mais je vous le souhaite mes enfants. Continuez de grandir mes petits chats, vous faites ça si bien.

Maman n’a plus de bébé à la maison.
Elle a désormais deux grands rêveurs, comme elle. 

Alors ensemble on va rêver,
à l’océan qui efface les vilaines traces des journées trop difficiles,
avec les milliers de grains de sable chaud je nous ferai une île,
je sourirai de vos bouilles décoiffées par les vents forts,
on se blottira au chaud tous les trois dans ses bras d’or,
On attendra l’éternité.

Le projet

Je voudrais qu’on achète des maisons côte à côte.

On prendrait l’apéro ensemble sans arrêt, je viendrais faire des masques dans vos salles de bain et toquer à vos portes quand j’ai le blues. Je vous ferais des yaourts maison et je récupèrerais vos épluchures pour le compost. Vous m’épileriez mes sourcils parce que je ne sais toujours pas le faire. Je vous ramasserais votre linge si je voyais poindre une averse et vous auriez des clefs de chez moi. On couperait le grillage entre les trois maisons pour faire un immense terrain. On sortirait notre mobilier de jardin au moindre rayon de soleil et on se tiendrait la main depuis nos hamacs respectifs, suspendus les uns à côté des autres. Je ferais des litres de mojitos pour nous trois, tu me pousserais à aller courir pour les éliminer et elle dirait qu’elle a la flemme. Je sortirais de chez moi en brandissant du champagne quand on aurait des nouvelles à fêter. Mon chat dormirait sur vos terrasses et squatterait vos canapés parfois. On aurait toujours des idées à partager et on irait chez le tatoueur ensemble. Quand on repartirait chacune chez nous après nos soirées on se dirait « rentre bien » ou « fais attention sur la route ». Et on se marrerait comme des baleines. On pourrait finir rondes comme des culs de pelles, on s’en foutrait. Des fois, je passerais vous prendre pour aller à l’océan. Vous regarderiez au loin comme je vous ai déjà vu le faire et je vous demanderais à quoi vous pensez. Vous me diriez que vous voulez revenir encore et encore.

Je sècherais vos larmes et vous les miennes quand la vie ne nous épargnera pas ou qu’elle sera trop belle pour qu’on les retienne.

Vide ton sac !

Je n’ai jamais eu beaucoup de copines. Mais en fait c’est parce que j’ai beaucoup de copains.  Des potos quoi. Des bro’ ! Et les copines que j’ai sont des meufs pas prise de tête. Parmi elles, de belles amitiés virtuelles, et notamment mes acolytes de la #TeamBordeaux. Nous avons eu l’idée d’écrire régulièrement sur une thématique commune, pour vous faire découvrir nos univers très différents. Cette semaine, on inaugure cette nouveauté avec le « What’s in my bag ? » et on vide nos sacs pour vous !

J’ai récemment changé ma façon de fonctionner avec mon sac à main. J’avais l’habitude d’avoir des sacs immenses, avec toute ma maison dedans. Maintenant je réserve cela à ma voiture, qui est un véritable secondaire. J’ai opté pour un sac à main au format réduit avec un seul compartiment et une mini poche zippée sur le côté. Alors qu’y-a-t’il dans mon mini sac à main aujourd’hui ?

image1-2

Les indispensables

  • Mon téléphone portable
  • Mon portefeuille
  • Mon chéquier
  • Mon passeport
  • Mes clefs de maison
  • Mes clefs de bureau
  • Mes clefs de voiture
  • Un paquet de cigarettes et un briquet (je ne fume presque plus mais elles sont là, ça me rassure)
  • Ma cup !
  • Un stylo
  • Un carnet de notes
  • Un rube de rouge à lèvre rouge de chez Kiko
  • Un eye liner de chez Kiko
  • Ma pilule (comme je suis parfois en vadrouille, je suis sure de l’avoir toujours avec moi #AstuceDeSioux
  • Un tote bag

Les improbables

  • Une coquillette desséchée (surement l’oeuvre de ma Mini Chouquette…)
  • Un bandeau à ma fille
  • Un morceau de Playmobil
  • Des chocobons pour appâter mon fils quand il ne veut pas partir de l’école

Et toi qu’est-ce qu’il y a dans ton sac ? Le minimum ou toute ta vie ?

Découvrez les copines ici :

Pteapotes

Mamourblogue

Dress me and my kids

Modaliza photo

Hautes comme 3 pommes

Maman au balcon

Mummyaddict

Lily Podecolle 

Le blog de Vio

Chroniques de maman