Quand bloguer devient un métier

La naissance d’une blogueuse

Lorsque j’ai ouvert mon blog en septembre 2012, je ne pensais pas en arriver là. J’étais enceinte de mon premier enfant, j’avais envie de partager des choses et qu’il en reste une trace. J’avais commencé à écrire un journal papier, je l’ai fait lire à une amie qui m’a dit :
« mais pourquoi tu ouvres pas un blog ? Tu adores écrire et je suis sûre que tu auras plein de lectrices ». Je l’ai écoutée.

Au début, j’ai eu un Tumblr, il s’appelait IwillbeaMom. Je me suis inscrite sur Twitter avec le même nom. J’ai rencontré virtuellement des gens formidables avec qui échanger. Puis mon blog est devenu un WordPress, je me suis trouvée un nouveau nom et j’ai commencé à avoir de plus en plus de lecteurs.

J’ai partagé mon quotidien, mes angoisses et mes astuces de maman pendant des mois, puis des années. J’ai commencé à recevoir des propositions de marques et j’ai fait des tests de produits. J’étais impressionnée, je n’avais pas du tout ouvert mon blog pour gagner quoi que ce soit. Puis j’ai été ambassadrice pour des marques et un jour on m’a proposé de me rémunérer pour écrire. Être payée pour écrire, sur MON blog. Wahou. Aussi inattendu qu’inespéré. Mais pour être rémunéré pour ses écrits, il faut être en mesure de facturer sa prestation

C’est comme cela que j’ai été amenée à me lancer.

Devenir blogueuse, avec un vrai statut

J’ai choisi le statut d’auto-entrepreneur pour mon métier de blogueuse. Flexible, ce statut vous permet de choisir d’être exclusivement auto-entrepreneur ou en complément de votre activité principale.

Simple d’utilisation, toute la gestion et le suivi de votre auto-entreprise se passe en ligne. Les modalités de création de compte se font très rapidement sur internet ainsi que la déclaration trimestrielle du chiffre d’affaire. Vous pouvez aussi payer vos cotisations en ligne (ou au format papier si vous y tenez vraiment !). Le plafond de chiffre d’affaire annuel à ne pas dépasser pour rester sous le régime de l’auto entrepreneur est de 33 200 euros par an pour les prestations de service commerciales et les professions libérales et de 82 800 euros pour la vente de marchandises.

Le statut d’auto-entrepreneur est donc tout à fait cumulable avec le statut de salarié si toutefois votre contrat de travail vous l’autorise.

Vous pouvez également être auto-entrepreneur et demandeur d’emploi, vous serez indemnisé en fonction de vos droits au chômage et de votre chiffre d’affaire d’auto-entrepreneur.

Être blogueur : un métier

Je ne lis pas les fiches en ligne pour savoir comment bloguer et je n’aurai jamais la prétention d’en écrie. Parce que, d’une part, je suis devenue blogueuse grâce à mon envie d’écrire et gue le reste en a découler naturellement. D’autre part, je trouve cela un peu dommage de voir des personnes ouvrir des blogs juste pour tester des produits absolument, mais sans avoir rien à raconter derrière…

Aujourd’hui mon blog reste mon journal de bord, ce n’est plus celui d’une mère, plutôt celui d’une femme et de sa famille. Blogueuse est donc ma deuxième profession et c’est cette activité qui m’a permis de me lancer également dans la communication sur le web avec une activité de community manager et rédactrice web et dans la gestion des relations avec les influenceurs…toujours en tant qu’auto-entrepreneur : L’agence Com’Libri.

Finalement, c’est grâce à mon blog que mon business tourne aussi bien à ce jour, d’une part grâce aux contacts qu’il a généré (elles se reconnaitront 🙂 ) et d’autre part car il m’a permis de me former dans différents domaines et d’acquérir de nouvelles compétences.

Et toi, tu connais le statut d’auto-entrepreneur ?

Publicités

J’ai tout essayé

2 ans. 2 ans que cela dure. Et on est parti pour une troisième année. Tous les matins, mon fils de 4 ans et demi pleure quand je le laisse à l’école. Il est scolarisé depuis ses 2 ans et demi, cette année il est rentré en moyenne section et on est reparti pour un tour. Les matins sans larmes au cours de l’année dernière se comptent sur les doigts de la main. Ce sont des larmes, des cris, des crises à se rouler par terre ou se couper la respiration. L’année dernière j’avais même le droit aux mêmes crises en allant le chercher parce qu’il refusait de me voir.

Je suis épuisée.

J’ai essayé des dizaines et des dizaines de méthodes. Les petits coeurs dans le poignet, les étoiles sur le calendrier pour chaque matin sans crise, lui promettre un livre en cadeau pour une semaine complète sans larmes (ce n’est jamais arrivé…), les longues explications, les chansons dans la voiture en allant à l’école, les rituels de check en tout genre, avec moi, avec le gros Chat, les câlins ou la sévérité, la douceur ou la fermeté, laisser des photos ou des objets de la maison dans son sac, la privation de quelque chose qu’il aime bien s’il pleure le matin (dit comme ça c’est horrible mais j’ai vraiment tout essayé). Parfois les astuces ont fonctionné une fois, ou deux. Pas plus.

Cette semaine, je pensais tenir le bon bout. Lundi et mardi pas de larme. Mercredi mon grand était ravi de se rendre à son cours d’anglais et au foot (à sa demande). Je pensais que le reste de la semaine serait coloré des mêmes teintes positives. Mais ce matin re-belotte. Des cris à s’en faire vomir, des larmes à s’en étouffer. Et maman qui repart le coeur lourd de laisser ainsi son petit garçon.

Et de le laisser aussi en larmes quand je dois le faire garder par un tiers, quand il part chez son papa, ou parfois juste quand je quitte une pièce.

J’ai eu des moments où cette situation m’énervait mais la plupart du temps elle me plonge dans la tristesse et la culpabilité. Parce que c’est difficile d’être la maman du petit garçon qui pleure tous les matins, d’essuyer les remarques des parents qui me disent ‘ah c’est reparti ce matin » ou qui me félicitent à demi-mot les matins où il ne pleure pas. C’est dur d’entendre de la famille, des amis, des inconnus, que mon fils est un râleur, un caractériel, qu’il n’est jamais content, qu’il chouine pour rien.

Alors en accord avec son papa, on va tester de nouvelles choses. On verra bien.

C’est dur de le sentir seul face à son mal-être. C’est dur de se sentir désemparée.

Annoncer une naissance avec élégance

Non ceci n’est pas une annonce, la Chouquette ne couve pas de bébé mystère 🙂

Mais pour mes deux bébés qui ont bien grandi, j’ai été confrontée au choix délicat du faire-part. Coloré, en noir et blanc, original, classique, avec ou sans photo, le faire-part de naissance est bien souvent un objet que l’on aime garder. Un souvenir de la naissance d’un enfant que l’on expose dans un joli cadre, avec un aimant de choix sur un réfrigérateur, épinglé à côté d’un berceau ou posé sur une table de chevet.

Désormais, il existe de nombreuses options pour personnaliser son faire-part. Grâce au site Faire-part élégant, vous pouvez choisir une belle carte de naissance dessinée par la poétique créatrice Petit Berge. Des modèles de faire-part de naissance en carré livret, classique mais chic !
Vous pouvez adapter chaque faire-part de naissance. Du sur mesure grâce au logiciel de personnalisation en ligne qui permet de rédiger ses propres textes, d’inclure ses images, mais aussi de choisir votre couleur préférée. Les conseillères de Faire-part Elegant peuvent se charger de la rédaction du faire-part à votre place, d’une relecture ou d’éventuelles retouches.

Le faire-part est important, la plupart du temps tout le monde l’attend ! Il doit coller avec les souhaits de la famille, son univers, le prénom de l’enfant (rétro, classique, original) ou la déco de la chambre de l’enfant. J’ai choisi cette dernière option pour mes deux enfants. L’un sur le thème du petit prince et l’autre sur le thème des chouettes et des cabanes à oiseaux.

Faire-part Elégant propose des faire part de naissance aux tarifs dégressifs par unité, enveloppes en couleurs comprises. Du faire-part de naissance liberty au faire-part rond en passant par le faire part bandeau ou guirlande, Faire-part Elegant offre un large panel de choix !

Il existe de nombreux modèles de faire-part de naissance pour annoncer la bonne nouvelle, il suffit de trouver le sien !

Et chez vous, comment s’est passé ou se passe le choix du faire-part de naissance ?

 

Mes bébés ont grandi

Une semaine jour pour jour que mes deux enfants ont fait leur rentrée. La toute première rentrée pour mon Agrume jolie.

Un grand jour pour cette petite fille qui réclamait l’école depuis l’année dernière déjà. Ma puce a donc rejoint les bancs de l’école, la même que son frère qui prend soin d’elle dans la cour de récré et qui passe lui faire des bisous à la cantine.

Je suis tellement fière de mes petits. Mes petits qui grandissent un peu plus chaque jour et qui affirment leur caractère. Mes bébés qui n’en sont plus vraiment et qui restent inséparables. Mes amours qui prennent soin l’un de l’autre et partagent de plus en plus de choses. Ensemble à l’école, mais aussi dans les jeux à la maison depuis plusieurs mois.

C’est une année pleine de changements. Je deviens une maman plus gradée voyez-vous, avec deux enfants à l’école, la donne des rentrées a changé. ❤