Michel Cymes, tu m’enquiquines

T’as cru que Cymes était un docteur rigolo, plein d’humour et de fougue avec ses blagounettes de derrière les fagots ? EH BEN NON. Serait-il en fait un petit con-descendant, qui en plus de ne pas avoir une once de jugeote, ne se remettrait pas le moins du monde en question ? Possible !

Il écrit en tout cas des livres avec des grosses lacunes et quand on le lui fait remarquer, il dit qu’on est des malades !

Mich-Mich (je peux t’appeler Mich-Mich ?) je t’aimais bien, vraiment. En plus tu as le même prénom que le doudou de mon fils. Je t’ai souvent vu à la télé chez mon papy hypocondriaque qui aime bien se trouver des maladies grâce à tes émissions passionnantes… Mais là, entre nous Michouchou, tu déconnes ?

On le sait dorénavant, pour Michel, les petites filles ont un vagin réduit à… un trou. Voilà voilà. Tu pensais avec des lèvres, un clito et même des trucs de fou à l’intérieur de toi ? pfffff que t’es niaise ma fille, que nenni ! Le clito c’est so 2016 ! En fait tu as un trou et tu n’es bonne qu’à choper des mycoses.

https://www.facebook.com/LaRageDeLUterus/photos/pcb.1837574633122134/1837675626445368/?type=3&theater
Je suis pas très contente Michou-la-Miche, parce que tu vois je crois que mon partenaire, qui est un homme donc, peut aussi peut avoir des cystites, ou des mycoses non ? Et je crois que la zézette, la mienne, celle de ma fille, des femmes, ne sont pas sales. Et c’est à cause de clichés comme ceux-là que les petits filles n’aiment plus leur corps. C’est pas très cool.
On est ravi Michou de savoir qu’on n’est pas si complexe que ça nous les femmes. On fait donc pipi et on a nos menstruations par le même endroit, et puis… et puis ben c’est tout en fait !
Tu es médecin ? Vraiment ? Tu es sûr ?
Merci pour l’image de la petite fille et de la femme, vraiment.
Allez des bisous sur ton prépuce (oui toi tu as un attirail compliqué…)

Maman connasse #10 10 trucs de connasse pour avoir les cheveux de Raiponce

Walou walou, c’est le 10e épisode de la saga maman connasse déjà ! Pour fêter ça je vais te donner quelques conseils…

On me demande souvent « mais comment tu fais pour avoir des cheveux aussi beaux ? »
ou encore « mais comment tu fais pour qu’ils poussent aussi vite ? »
ou parfois « mais c’est des vrais ? » En fait non. Je les loue.

Oui j’ai des cheveux magnifiques, ils sont doux, ils sont beaux, ils sentent bon. Mais c’est de l’entretien au quotidien vois-tu. Des cheveux pareils ça se mérite ! Mais comme je suis une sympathique connasse, je vais te donner mes conseils et astuces beautey pour avoir des cheveux de folaïe comme moi.

1- Les arroser régulièrement
Comme les belles plantes, tes cheveux ont besoin d’être arrosés. Si tu veux, tu peux rajouter un peu d’Algoflash dans l’eau d’arrosage, ça poussera plus vite.

2- Leur parler
Les cheveux de meufs, c’est comme les meufs, ils aiment qu’on leur parle, qu’on les complimente, qu’on leur dise qu’ils sont beaux. Tu verras, en quelques semaines ils seront plus brillants et plus soyeux.

3- Tirer dessus
Ben oui si tu veux qu’ils poussent plus vite, on n’a rien sans rien…
avoir de beaux cheveux
4- Manger énormément de trucs gras (surtout des burgers)
Parce que le gras c’est la vie, si tu ne veux pas avoir les cheveux secs, tu DOIS manger des trucs gras. Burgers, frites, tartiflette… Fais-toi plaisir, c’est pour tes cheveux que tu fais ça !

5- Chanter le slogan de Garnier « je fais c’que je veux avec mes cheveux » pendant chaque lavage.
Si tu ne te rappelles pas de ces pubs, tu es trop jeune et tu as probablement raté les meilleures années qui soient… Les années de Larusso (et de ces cheveux…) 

6- Faire l’amour beaucoup et souvent
Faire l’amour ça produit plein d’hormones et ça libère plein de trucs méga cool pour la pousse et la brillance des cheveux… Non ? Ah bon. Ben moi je le fais je trouvais que ça marchait bien…

7- Faire une duck face de biatch en séchant ses cheveux
Ça aide à se sentir femme, belle et désirable, comme les meufs dans les clips quand elles ont les cheveux au vent tu vois ? Tes cheveux te diront merci.

giphy

8- Faire régulièrement un masque avec des trucs de ton frigo
Toutes les blagueuses beauté font ça. Tu peux essayer une bonne mayo maison ça devrait les nourrir en profondeur.

9- Utiliser des soins aux huiles
On privilégiera la trial parce qu’elle est sans mauvaises odeurs…
bidon-2l-huile-frial
10- Ne retenir aucun conseil de cette liste à part baysay, parce que ça fait du bien.

 

Deux poids, deux mesures

Aujourd’hui je voudrais pousser un coup de gueule qui me reste en travers de la gorge depuis des mois. Un putain de coup de gueule au sujet de la justice française et de ce qu’elle appelle des droits et des devoirs.

Si tu as bien suivi, le papa des chouquettes et moi nous sommes séparés. J’en parle peu ouvertement. Je laisse entrevoir mais ne dénonce pas. J’évoque mais je n’annonce pas. Par pudeur certainement et pour ne pas mettre mal à l’aise ceux qui nous connaissent et qui me lise. J’hésite toujours à poster des articles trop personnels pour ces raisons. Mais après tout puisque je n’ai rien à me reprocher et que j’ai pris la bonne résolution de me moquer éperdument de ce que les gens pensent de moi, je vais donc ouvrir les vannes et balancer une bonne fois pour toutes ce qui me tracasse depuis longtemps. Je ne vais pas écrire pour qu’on me plaigne, pour cracher sur le père de mes enfants, non. Je vais écrire pour toutes ces personnes qui vivent la même situation (et qui sont aussi des papas parfois). Portée aussi par le billet de Cranemou qui me parle et me donne envie de parler à mon tour.

Le père des enfants et moi sommes passés devant un juge des affaires familiales pour déterminer de façon officielle la garde des enfants, fixer la pension alimentaire etc.
Si tu ne sais pas comment ça marche, en fait tu te retrouves dans un bureau avec le ou la juge des affaires familiales, ton ex, les avocats respectifs des deux parties et un greffier.
Les avocats portent les robes avec l’écharpe blanche comme dans les films mais personne ne criera « objection » à aucun moment.
Donc là on te redébale toute la phase merdique de ta vie, la séparation, qui est parti, pourquoi et comment,  et celui ou celle qui a subi, subit à nouveau d’entendre ressasser ce qu’il ou elle préférerait oublier. Bref c’est un moment bien pénible, éprouvant psychologiquement mais essentiel pour que les choses soient légales. Chacun expose ce qu’il souhaite pour la garde des enfants et le montant qu’il espère verser ou encaisser pour la pension.

Et à ce moment là, on t’explique bien comment ça se passe la garde des enfants. Dans mon cas, les enfants ont leur résidence principale chez moi. Leur père bénéficie donc d’un « droit de visite et d’hébergement » un week-end sur trois (à sa demande, il ne veut pas plus) et de la moitié des vacances scolaires.

MAIS ATTENTION. Ce qui est formidable avec la justice française c’est que le seul devoir qu’à le père c’est de verser la pension alimentaire. Il n’est pas obligé de prendre ses enfants sur les périodes indiquées par la juge. Il en a le droit et non le devoir. Le fameux « droit de visite et d’hébergement ». Ce qui est absolument formidable ! Il a donc ses enfants au gré de ses envies. C’est juste un putain de droit de voir ses enfants, il n’est pas obligé de s’en occuper. Il a le « droit » d’assumer, OU PAS.

Donc si le week-end de garde (1 sur 3 hein c’est pas beaucoup !) où j’ai besoin de souffler, de faire des choses pour moi, de partir en week-end, de me lever après 6h (ou même de ranger la maison, de voir enfin le fond de la panière de linge, enfin des trucs super coolurges qui font rêver)… mais que leur père ne vient pas les chercher à l’heure convenue, je me mets tout ça bien profond et je ne peux RIEN faire.
Je ne peux que fermer ma gueule et continuer d’assumer parce que je suis la mère. Ah si pardon, s’il ne vient pas dans l’heure chercher les enfants lors de son week-end de garde (1 sur 3 bordel de merde), on considère qu’il a renoncé à son droit et donc je ne suis pas dans l’obligation de lui laisser les enfants s’il se pointe plus tard.
Ok et je fais quoi ? Je le laisse derrière la porte comme ça les enfants voient bien que je les empêche de voir leur père ? Je pars avec mes mômes sous le bras ? Et pour aller où ? Je peux aussi aller chez les flics déposer une main courante. Avec mes enfants. Histoire de bien les traumatiser. Mais si moi je décide de ne pas lui confier les enfants pour une raison ou pour une autre je suis passible de sanction. 1 an d’emprisonnement 15 000€ d’amende. Si lui ne vient pas les chercher non. Personne ne va lui faire la leçon comme quoi il a deux enfants dont ce serait pas mal qu’il s’occupe.
Il reconnaît ses enfants, ils portent son nom, mais n’a pas l’obligation de prendre soin d’eux physiquement, du moment qu’il nous file des sous c’est suffisant.

« Mais enfin vous devez bien comprendre qu’on ne peut pas l’obliger à voir ses enfants ? »

Ah oui oui je le comprends tout à fait…

QU’ON SE LE DISE ! DU MOMENT QU’ON VERSE UNE PENSION ON PEUT ABANDONNER SES MÔMES SANS SOUCIS, YA PAS D’OBLIGATIONS !!!!! 

Alors c’est ça le message de la justice française ?

Et si moi je faisais comme lui ?

Si je plaquais tout ?

Si moi ça me pétais au casque de ne pas vouloir m’occuper de mes enfants ?

Si je n’avais pas voulu de leur garde ?

Je serais la pire des connasses, parce que je les ai portés, qu’ils sont mes tripes et que je ne veux plus m’en occuper. Parce que c’est pire quand c’est la mère.

Les gens vont me regarder de travers parce que j’ai confié mes enfants pour pouvoir sortir boire des verres avec mes amis et me lanceront des pierres si j’ai le malheur de rentrer bourrée, parce que je suis une mère. Mais lui, qui va le regarder de travers quand il ne viendra pas chercher ses enfants pour les vacances ? Qui va se soucier qu’il ne profite pas de son droit ? Qui va se demander comment gère la mère qui manque de sommeil et qui n’a plus le temps de rien ?

Alors oui la plupart des personnes qui ne bénéficient QUE d’un droit de visite et d’hébergement, qui se battent pour avoir leurs enfants, trouveront que ce n’est pas assez, qu’on les prive de voir grandir leurs mômes le reste du temps. Mais il y a aussi les papas pour qui c’est une CONTRAINTE de voir leurs petits. Et ceux-là, personne ne viendra les secouer et leur rappeler leurs responsabilités.

Deux poids, deux mesures.

Et sinon dans les devoirs, au lieu de verser la pension on ne pourrait pas verser de l’amour ? De l’attention, des balades le dimanche après-midi et des câlins sur le canapé ? Ça devrait pas être ça le seul et unique devoir finalement ?

Le rendez-vous

J’attendais vraiment beaucoup de ce rendez-vous. Le rendez-vous des trois mois chez le médecin. J’étais inquiète. Je voyais bien que ma fille ne grossissait pas. Elle tétait peu, son RGO s’empirait, plus rien ne la soulageait, même l’écharpe.

Si tu me suis un peu, tu sais que je n’ai pas de chances avec les médecins. Ma tête de gamine de 12 ans fait que je suis rarement prise au sérieux quand je dis que mes enfants vont mal. C’était le cas pour l’aîné, ça l’est encore pour Mini Chouquette.

J’avais déjà vu cette médecin. Je lui avais déjà parlé des symptômes de ma fille. Elle n’y voyait que des coliques, des choses pénibles mais pas graves, des choses de bébé normal.

Mais hier j’y suis allée tambour battant. Je m’étais dit que je ne sortirais pas de là sans avoir été écoutée. Sa médecin remplaçante avait été au top le mois dernier. Elle avait été à l’écoute justement. Aimable, douce et empathique. Ce qui ne fut pas le cas de ma généraliste. (Je vais voir une généraliste par dépit, ici il faut 2 mois d’attente pour consulter un pédiatre.)

Et celle-ci est un vrai boulet…encore une.

Ma fille était dans un bon jour, comme par hasard. Vas-y que je te fais des sourires, que je te montre comment je me retourne, comme je suis belle et comme mes yeux sont grands et mon regard intense. Oui ma fille en bluffe plus d’un. A trois mois elle est objectivement surprenante, mais ce n’est pas toujours dans le bon sens.

Du coup quand je lui ai parlé du RGO qui ne s’arrangeait pas, elle a haussé les épaules. Selon elle tout ça c’est dans ma tête. Comme je suis mal, je rejette la faute sur Mini Chouquette et je lui imagine une maladie qu’elle n’a pas, parce que mon fils a eu la même chose. Selon elle ma fille est juste « une chipie qui aime les bras ». Selon elle, « ça va se tasser ».

Mais non madame, non.

Je me suis levée, j’ai crié… J’ai crié pour qu’on m’entende, j’ai crié pour qu’on m’écoute.
Ras le bol de supporter le même discours depuis que je suis mère. Je suis jeune mais pas écervelée. J’ai 2 enfants rapprochés, je suis fatiguée mais pour autant je ne suis pas mythomane. Je veux qu’on soulage ma fille, je veux qu’on NOUS soulage.

A force de persévérance, (peut-être lui ai-je fait peur) elle a fini par me prescrire un nouveau traitement. Elle était tellement sûre d’elle qu’elle a appelé son collègue pour savoir quel médicament elle pouvait donner à mon enfant. Bref un médecin qui inspire confiance.

Alors un jour il faudrait que le corps médical prenne au sérieux les parents. Ce n’est pas la première fois que je me heurte à un mur et autant certains médecins sont topissimes et à l’écoute autant d’autres se mettent des oeillères et ignorent la détresse des parents et de leur progéniture.

Encore une fois je me suis sentie porter le carcan humiliant de la jeune mère ignare et paranoïaque et ça m’a mise hors de moi.