Le bouquet d’orchidées

Je crois que c’est à ce moment là. Quand tu as pris place dans ma cuisine. Ou peut-être quand tu as ouvert la bouteille de vin. C’est à cet instant que j’ai su. Je n’ai pas voulu me l’avouer tout de suite. Il ne fallait surtout pas que cela arrive et pourtant c’est ce que j’ai fait. Je savais que j’allais tomber amoureuse de toi.

Nous deux c’était le hasard peut-être. On est tombé l’un sur l’autre. Dans une autre vie, on aurait pu se rencontrer plus tôt. On n’était pas loin, mais on a fait que se croiser.  On a mené nos vies, parallèles, tumultueuses. Et puis un soir de coupe du monde de rugby… La France subissait la plus grosse défaite de son histoire face aux Blacks. Mais on s’en foutait pas mal. Je t’ai fait des blagues pas drôles, tu as été bon public et tu n’es pas parti en courant. On a parlé de tout et de rien. Je me suis immédiatement sentie connectée à toi. J’ai eu l’impression que tu comprenais tout. Un regard, un sourire, un silence. J’aurais voulu que le temps s’arrête et que ce soir là dure 1000 ans.

Plus tard, tu as rencontré mes trésors. Nini d’abord. Elle t’a immédiatement adopté. Puis ce fut le tour de Chouquette. Il n’a pas été très long à apprivoiser non plus.

Puis tu t’es mis à me manquer quand tu n’étais pas là (et c’est encore le cas). J’ai réalisé que je t’avais toujours dans un coin de ma tête. J’avais envie de partager mes pensées avec toi. De te dire encore plein de blagues pas drôles pour voir tes fossettes se creuser. De fumer des clopes. De boire du vin rouge. J’avais envie de partir en voyage avec toi. De dormir dans tes bras. De te gratter le dos pour que tu frissonnes. Que tu rencontres les miens.

Peut-être que tu rêvais de soirées en amoureux, de restaurants romantiques, de grasses-matinées à deux… Tu as eu des petits êtres en pyjama, des Legos qui font mal quand on marche dessus et de la bave de chouquettes sur tes sweats propres. Mais aussi des rires, des tonnes de câlins, des premiers pas, des bisous qui ne viennent pas de moi. J’espère que tu ne m’en veux pas trop.

Tu sais j’ai commencé environ 32 articles pour parler de toi. Parce que je ne savais pas comment m’y prendre et parce que je sais que tu n’aimes pas être un sujet d’attention.
Mais voilà aujourd’hui j’ai écrit, ou plutôt j’ai fini d’écrire… Parce qu’un grand sage a écrit sur Facebook que le bonheur n’est réel que s’il est partagé. Et puis aussi parce que je t’aime. Mon chat.

Publicités

4 réflexions sur “Le bouquet d’orchidées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s