Tu comprendras quand tu seras plus grande

Ça y est. C’est terminé. Je me sens seule, ils me manquent déjà. Comme à chaque fois j’ai hésité. Est-ce que je vais faire ça vite ou prendre mon temps ? Partagée entre l’avidité, aller plus loin, encore un peu plus loin…et l’envie de savourer, lentement, délicatement.

C’est terminé. J’ai refermé le livre.

Ce livre c’est « Tu comprendras quand tu seras plus grande », de la talentueuse Virginie Grimaldi. Un bon bouquin pour s’évader, rire aux éclats, pleurer, être touché, bouleversé et prendre une bonne leçon de vie.

Je ne vais pas t’en faire un résumé, je vais te dire comment ça s’est passé plutôt.

Je l’ai acheté il y a plusieurs semaines, mais c’est bien connu : je n’ai pas le temps. Et puis un jour ça m’a prise. Je l’ai attrapé sur l’étagère un après-midi. Le temps faut que je décide ce que j’en fais au lieu de le subir. J’avais mes enfants avec moi mais ils étaient calmes, alors je me suis lancée.

J’ai lu pendant des heures. Aux toilettes pour être sûre qu’on ne me trouve pas. Dans le jardin parce que quand même il fallait que je garde un oeil sur mes enfants (je peux lire avec un oeil et surveiller avec l’autre, j’ai l’air con mais c’est un don précieux). J’ai lu appuyée contre la table à langer pendant qu’ils prenaient leur bain. J’ai lu pendant que je leur préparais à manger. J’ai lu dans mon lit sans arriver à décrocher. Dans le hamac chez mon amoureux avec ma fille sur les genoux qui ne cessait de répéter « les pieds les pieds !!!!! » (oui il y a des pieds sur la couverture du livre et ma fille est fétichiste… je l’aime bien quand même, mais parfois elle me fait peur). J’ai songé à lire en conduisant. Puis en fait c’est dangereux. Alors j’ai pensé à développer une appli qui me ferait la lecture pendant que je suis au volant parce que vraiment c’est du temps perdu.

J’ai envoyé des passages à ma soeur (que j’aurais pu écrire tellement c’est ce que je ressens. Mais je l’aurais écrit moins bien, alors autant laisser faire ceux qui savent toucher avec des mots). J’ai lu des extraits à mes enfants. Mon grand me disait « encore maman, parle, moi je sais pas » (« parle » dans son langage primaire de nain de 3 ans, c’est « lis », oui il ne sait pas encore lire, je suis déçue mais je l’aime bien quand même lui aussi). J’ai probablement saoulé mon amoureux parce que « Ah faut qu’on bouge ? Mais attend j’ai pas fini il me reste 22 chapitres ». Il s’est gentiment moqué de moi : « tu fais des trucs bizarres avec ta bouche quand tu lis… ah mais tu pleures ? J’aime pas quand tu pleures. »

Bref, ses personnages vont me manquer, les doutes de Julia vont me manquer, les répliques de Marine vont me manquer, les blagues de Gustave vont me manquer, l’odeur de l’océan à chaque fois que j’ouvrais le livre va me manquer (celle du cannabis aussi), l’humeur massacrante de Léon va me manquer, Pilou va me manquer… et puis Raphaël…

J’ai pris une bonne claque aussi. Parce que je n’aime pas parler de la vieillesse et que c’est lourdement abordé dans son bouquin. Alors j’ai pris une décision, je vais « Faire de chaque jour un souvenir heureux. A la fin le bonheur est la seule chose que l ‘on emporte avec soi. »

Bref, à lire, à prêter, à savourer…
9782213687445-001-X_0
Maintenant je pense à Ginie quand je vide mon lave-vaisselle et que je vois des couteaux à bouts ronds.

Publicités

3 réflexions sur “Tu comprendras quand tu seras plus grande

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s