La vie

Des jours et des semaines que je croise cette maman tous les matins en amenant mon fils à l’école. 

Chaque matin c’est le même rituel, on se regarde en souriant, on se salue. Je sais que je l’ai déjà vue. Et tous les jours ça me prend aux tripes en la voyant sans que je ne sâche pourquoi. Je me sens proche d’elle, j’ai l’impression de la connaître intimement sans arriver à expliquer ce sentiment.

Puis ça m’est revenu. Un flash, des souvenirs, des larmes. J’ai senti une vive émotion m’envahir parce que cette maman a vécu la même chose que moi, voilà un peu plus de 2 ans, en 2013.

Je les ai cotoyés, elle, son mari et leur peine, en service de néonatalogie. 

Cette maman a eu un bébé funambule, un bébé né trop tôt, comme le notre. Elle a vécu la prématurité, l’angoisse pour sa fille, la même que j’ai pu ressentir pour mon enfant. 

Je savais qu’elle me reconnaissait aussi mais j’ignorais si elle avait fait le lien avant moi sur le lieu de notre précédente rencontre. Alors un jour je suis allée lui parler, lui dire que son visage était gravé dans ma mémoire parce que nous vivions des choses similaires à ce moment là. 

Et puis il y a tout ce que je ne lui ai pas dit. Pas encore. Mais que j’aimerais lui dire. 

Quand on vit ce genre d’événement, on se raccroche à ce qu’on peut. Même quand on est tiré d’affaire, on a peur. J’étais rassurée de voir les mêmes parents qui circulaient dans les couloirs, parce que je savais que s’ils étaient là, leur bébé vivait, comme le mien. Tout comme j’étais rassurée d’en voir partir en souriant chaque jour, avec leur presque nouveau né dans leur nacelle. J’attendais mon tour. 

Et les destins de nos deux enfants se croisent à nouveau. Dans une ville pourtant loin de leur lieu de naissance, dans la même école et dans la même classe. 

La petite fille saute sur mon fils tous les matins, elle le prend dans ses bras et le tient par la main comme si elle le connaissait depuis toujours. Et c’est le cas. Ils ont vécu quelques semaines au même endroit à leur naissance. Dans cet endroit plein de bips, de gens en blouses, de stress mais aussi de grands bonheurs. Pas le meilleur endroit pour commencer dans la vie. C’est plus froid que les bras de maman et pas aussi rassurant que d’être contre son coeur.

Mais c’est le début dans la vie de miliers de petits êtres et nos deux battants sont réunis aujourd’hui. 

La vie.

Advertisements

10 réflexions sur “La vie

  1. ❤ Et encore plus parce que, sans avoir la prétention de savoir ce que c'est que d'être le parent d'un enfant prématuré, j' en ai eu un aperçu avec les hospitalisations de LittlePirate bébé puis TinyFairy. Je sais les bip-bip, les fils qui relient bébé au moniteur, le ballet des 3 équipes, les histoires douloureuses croisées…

    J'aime

  2. Quel hasard incroyable de se retrouver comme ça ! C’est sûr qu’une telle « expérience » crée forcément des liens invisibles…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s