Témoignage : « le père de mes enfants menait une double vie »

J’ai rencontré Aline au hasard des réseaux sociaux, elle m’a proposé de me raconter son histoire sur le blog, pour « que d’autres ne se fassent pas avoir » et pour « prouver qu’on peut s’en sortir ». Je lui ai donc laissé le champ libre pour témoigner de son histoire (les prénoms ont été changés et choisis par Aline pour préserver son anonymat et celui de sa famille). Merci à elle pour ce témoignage courageux. 

Je m’appelle Aline, j’ai 43 ans, je suis la maman d’Inès 15 ans et Diane 13 ans. J’ai été mariée pendant 18 ans avec Axel. Nous nous sommes rencontrés en boîte de nuit, nous avions 19 ans. Très vite devenus inséparables, nous décidons d’aménager ensemble un an plus tard à Nantes où nous faisions nos études. J’étais en fac de droit, lui en fac d’éco. Nous profitons pleinement de notre vie de jeune couple, enchaînant les voyages, les folles soirées, les week-end à l’improviste.

Puis la vie suit son chemin, nous grandissons, nous nous marrions et je tombe enceinte d’Inès. Une grossesse imprévue qui nous réjouit malgré tout… même si nous sommes bien obligés de reconnaître quelques mois plus tard que ça ne se passera pas comme prévu. Axel est négociant en vins, il est très très souvent en déplacement à l’étranger.
Jusqu’ici, cela n’était pas vraiment gênant pour moi, j’étais bien entourée. Mais cette grossesse est éprouvante, je la vis mal et son absence me pèse. Nous composons malgré tout avec ses voyages et cela ne se passe pas si mal. J’ai la chance d’avoir des beaux-parents adorables, proches de notre maison et très disponibles pour moi. J’ai aussi des amies formidables qui m’ont beaucoup aidée à la naissance d’Inès pour que je m’organise au mieux.

L’arrivée de notre aînée est une révélation pour Axel.

Très proche d’Inès dès sa naissance, on voit très vite une véritable complicité, des liens très forts qui se tissent. Axel n’hésite pas à repousser ou raccourcir ses voyages à l’étranger pour être proche de nous. Nous sommes heureux comme jamais. La vraie famille des pubs, celle qui fait rêver tous les futurs parents. Nous arrivons à trouver un équilibre parfait. Notre nounou est au top, mon boulot d’avocate est très prenant mais cette femme est une perle, elle est très arrangeante. Et je peux toujours compter sur mes beaux-parents pour prendre le relais quand Axel est en déplacement.

Rapidement, j’ai envie d’un deuxième enfant.

Axel hésite. A cause de ses déplacements justement. Est-ce que ça ne serait pas trop difficile à gérer ? Il sait que je veux un deuxième enfant, maintenant ou dans 10 ans, son travail sera le même. J’argumente (c’est mon boulot !), il finit par accepter. Quelques mois plus tard je suis enceinte. Encore une grossesse très difficile. Je la vis encore plus mal que la précédente. J’ai beaucoup de nausées, je ne dors pas, je dois très vite être mise en arrêt. Axel me reproche de délaisser Inès, SA fille, SA princesse… Lui qui est à l’autre bout du monde la moitié du temps… Je ne peux physiquement pas faire autrement que de la confier, je suis trop faible pour m’occuper d’elle. J’accoucherai d’ailleurs prématurément de notre seconde fille.

Notre couple va mal et l’arrivée de Diane fait l’effet d’une bombe.

Axel ne déplace plus ses rendez-vous, il ne raccourcit plus ses voyages. Sa complicité avec Inès s’étiole. Il devient aigri. Il est tout le temps absent, mal à l’aise, ses filles ne le reconnaissent même plus quand il rentre, tellement leur père est devenu un fantôme. Je mets ça sur le compte de l’arrivée de notre deuxième enfant. Il n’est pas rare qu’une naissance fasse des ravages dans la vie de couple ou dans une vie de famille déjà existante. Je suis patiente. Petit à petit j’ai le sentiment que ça s’arrange. Tout semble rentrer dans l’ordre. Mon mari est toujours beaucoup absent mais quand il est à la maison, il se donne, il s’implique davantage, nous retrouvons un équilibre à quatre.

Jusqu’au coup de fil qui va changer ma vie, quelques années plus tard…

Je m’en rappelle comme si c’était hier. Les filles ont alors 10 et 12 ans. Je suis en train de préparer à manger, pendant qu’elles prennent leur bain. Le téléphone sonne, je quitte mes casseroles pour décrocher.
Au bout du fil une femme :
 » Allo, c’est Aline ?
– Oui c’est moi, bonsoir (?)
– Bonsoir Aline, je suis Carmen.
– Je suis désolée, vous êtes ?
– Je suis une femme d’Axel. »
Carmen ne parle pas très bien français, elle a un fort accent, je reprends :
« Vous êtes une amie d’Axel ? Il est absent pour le moment, en déplacement à l’étranger je peux prendre un message ?
– Axel vient de partir, il faut absolument que je vous parle. » Les rires des filles dans le bain me parviennent et je ferme la porte du salon pour me concentrer sur la conversation.
Axel vient de partir oui il doit rentrer demain soir à la maison, je ne comprends rien à ce que me raconte sa collègue. Mais ce n’est pas sa collègue.

Source : voyages-d-affaires.com
Source

Axel n’est pas en voyage d’affaire.

Il vient de quitter Madrid, où il était depuis 15 jours, avec sa maîtresse et son autre famille. Avec Carmen, ils ne sont pas mariés mais il a eu un fils, Pedro, qui a le même âge que Diane. J’ai envie d’insulter cette femme mais je comprends qu’elle est aussi victime des manigances d’Axel. Pour elle, la maîtresse : c’est moi !
Cela durait depuis des années et finalement mon mari s’est fait avoir bêtement. Carmen me raconte qu’il était sous la douche quand j’ai essayé de le joindre. Habituellement il prenait toujours son portable avec lui. Je constate avec effarement qu’il en est de-même ici et que je n’y avais jamais prêté attention. Carmen a vu mon nom s’afficher, surprise qu’une femme essaye de le joindre à cette heure tardive, elle a laissé la messagerie s’enclencher, puis elle a écouté le message vocal.
Dans ce message je demandais à Axel de me rappeler pour qu’il me dise où se trouvait le double des clefs du garage et je lui exprimais à quel point il manquait à ses filles qui le réclamaient sans arrêt. Un message banal. J’en laissais presque tous les jours des comme ceux-là. Souvent nous nous parlions par messagerie interposée puisqu’avec le « décalage horaire » nous avions parfois du mal à nous avoir en direct… Le décalage horaire, entre la France et l’Espagne… Quelle blague.

Nous décidons d’unir nos forces, afin de faire au mieux pour nous et nos enfants.

Sur ce plan là, on peut dire que j’ai pas mal d’atouts de mon côté, je suis avocate, des affaires comme celles-ci j’en vois passer des tonnes, mais jamais je n’aurais pu envisager que cela m’arrive à moi, à nous. Carmen et moi discutions pendant des heures et nous décidons ensemble de sa venue en France, chez nous, avec son fils Pedro. Elle prend le premier aviron. Où est Axel pendant ces 24 heures ? Mystère ! Il ne faut pas une journée pour rentrée en France en avion depuis l’Espagne. Quand il arrive à la maison, Carmen et moi sommes toutes les deux à l’attendre dans le salon. Nous avons confié les enfants à mes beaux-parents, mais ils ne sont pas encore au courant de la situation. Ils n’ont pas posé de questions.
Quand il nous voit toutes les deux, côte à côte sur le canapé, il se décompose, littéralement. On voit qu’il est à deux doigts de tourner de l’oeil tellement le choc émotionnel est intense. Il n’envisageait clairement pas de se faire prendre un jour. Nous le confrontons, froidement, ne nous laissant pas atteindre par ses jérémiades et ses larmes. J’ai préparé toute la paperasse qu’il fallait, pour qu’il sorte de nos vies et que nos enfants soient à l’abri. Il ne pourra d’ailleurs les voir que de façon très encadrée et ponctuelle.

Avec le recul, 1000 signes auraient pu m’alerter.

Attention, je ne suis pas en train de dire que tous les conjoints en déplacement mènent une double vie, et heureusement !
Mais son téléphone greffé à sa main nuit et jour, qu’il prenait même sous la douche aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Tout comme l’absence de photos de ses voyages, de cadeaux souvenirs pour ses filles des pays où il se rendait soit-disant. J’avais toujours été mise à l’écart des repas de boulot (qui tombaient toujours pile quand personne n’était disponible pour garder les filles où que j’avais moi-même quelque chose de prévu). Jamais je n’ai croisé un seul de ses collègues pendant toutes ces années.
En fait je ne connaissais pas cet homme. Le manipulateur, celui qui avait un scénario parfaitement rodé pour Carmen et pour moi, pour ses déplacements. Cet Axel-là était un inconnu…

Source
Source

J’ai malgré tout réussi à refaire ma vie…

Parce que oui, on s’en sort. J’ai été effondrée, très fragile pendant des années. Suivie par un escadron de psy et bourrée de cachtons. Incapable de refaire confiance. Et puis finalement, c’est grâce à Carmen que je m’en suis sortie. Nous nous sommes beaucoup épaulées. Cela peut sembler étrange mais elle était la seule personne qui savait exactement ce que je ressentais.
Je recommence à sortir, à voir mes amis, rencontrer de nouvelles personnes, mais je préfère me préserver encore un peu, j’ai fait le choix de ne pas me remettre en couple pour le moment.
Aujourd’hui les filles ont choisi de ne plus voir leur père, j’aurais voulu qu’elles préservent un minimum un lien mais je respecte leur choix, que je ne peux que comprendre étant donné que j’ai fait le même.
Carmen croise Alex de temps en temps, quand il voit Pedro. J’ai cru à un moment qu’elle retomberait dans ses bras. Mais elle n’a pas fait cette erreur et elle est à présent en couple avec un de ses collègues de travail.

Je voulais témoigner pour toutes celles et ceux victimes de la tromperie et de la manipulation de leur conjoint. Que sa moitié aille jusqu’à mener une double vie ou pas, ces moments sont éprouvants mais on s’en sort. Faites-vous aider, faites-vous épauler pour arriver à refaire confiance. C’est important.

Publicités

12 réflexions sur “Témoignage : « le père de mes enfants menait une double vie »

  1. j’ai connu ça pas d’une façon aussi durable mais le si peu à réussi à me faire chuter 6 pieds sous terre.
    En plus de la manipulation il y avait de là nymphomanie, de la mythomanie et comme Aline j’ai était averti par l’ex petite amie, un matin 6h30 j’avais parcouru une centaine de kilomètres pour qu’ils soient pris au piège.
    Une horreur, un internement en psychiatrie parce qu’il est assez tellement loin que j’ai honte de m’être fait autant avoir.
    j’aimerais témoigner mais anonymement pour expliquer plus précisément le pourquoi et le comment de cette histoire.
    J’ai remonter la pente mais j’y pense encore très souvent.

    J'aime

      1. J ai appris il y a presque un an et demi la double vie de mon compagnon.je suis toujours en dépression impossible de remonter la pente et de passer à autre chose.
        Il.m a détruit j espère qu un jour je passerai à autre chose et j oublierais cet ordure.

        J'aime

  2. Ouaou quel article…Ah le portable et toutes ses possibilités, les tentations qui vont avec…Les tromperies et leurs différents visages, que ce soit avec une ou plusieurs, via la vraie vie ou le net, tromper sur l’argent etc…
    Des situations bien plus courantes que l’on peut le penser hélas..
    Je trouve que se mettre en veille et prendre le temps de construire est une sage décision, car il est plus qu’hardu je pense de faire à nouveau confiance après de tels chapitres..
    Plein de bonnes choses et jolies choses à vous et vos filles Aline, que ce soit en duo ou en solo.

    J'aime

  3. Incroyable mais vrai. Ca doit être affreux, et encore plus quand des enfants se retrouvent mêlés à tout ça. Quel courage pour ces femmes!

    J'aime

  4. Bonjour,
    Je suis journaliste à Slate et j’aimerais discuter avec vous de votre histoire, très touchante et que vous racontez très bien.
    Si vous êtes d’accord pour témoigner (pour un podcast radio donc sans nécessairement donner votre nom et sans image, juste votre voix), vous pouvez me joindre au 06 76 56 27 17 ou par mail: margaux.stive@gmail.com

    Merci beaucoup, à bientôt j’espère !
    Margaux Stive

    J'aime

  5. Bonjour,
    Je viens à peine de tomber sur ce temoignage bouleversant.
    J’ai 40 ans et cela fait 5 ans que mon compagnon m’à quitte .(17 ANS DE VIE COMMUNE)
    J’ai appris 1 ans plus tard qu’il avait mené une double vie et qu’il avait un petit garçon .
    Mes fils se sont retrouves du jour au lendemain avec un petit frère et une ‘belle mere’.
    Pendant des mois je n’étais que l’ombre de moi même, je ne mangeais plus, pleurais à longueur de journée en essayant de comprendre comment il en etait arrive là.
    Un jour j’en ai eu marre de me sentir aussi mal alors j’ai décidé d’arrêter d’être triste et de tourner la page.
    Ça a marché, j’étais fière d’avoir réussie à passer cette terrible épreuve, seulement voilà , je n’ai effectivement plus d’amour pour le père de mes garçons mais je reste encore marqué par ce qu’il a fait , aujourd’hui il m’est impossible de me projeter de une nouvelle vie avec un autre homme , je n’arrive absolument pas à avoir confiance et mes relations se terminent aussi vite qu’elles ont commencés.
    Je suis heureuse, j’ai mes amis, mes fils mais il me manque la confiance en moi , alors peut être un jour oui , je réussirai à vivre une belle histoire .
    je ne perds pas espoir…..
    Fanny.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s