Et si ?

Ce matin elle s’est levée. Dans son ventre, son bébé bougeait vigoureusement, comme tous les matins.
Elle s’est préparée, puis elle est allée réveiller son fils. Elle a enfoui son nez dans le petit cou tout chaud de son grand bébé, qui essayé de lui mettre sa sucette dans la bouche en riant. Elle a fait couler son café, son fils accroché à sa jambe, en pleine conversation avec son doudou.
En lui préparant son petit déjeuner, elle s’est mise à rêvasser. Puis elle a habillé son grand, ils sont sortis pour prendre sa voiture rouge et elle a conduit. La tête pleine de pensées. Elle a déposé son fils à la crèche en pilote automatique. Elle a distribué de l’amour, des bisous, des câlins, puis elle est remontée dans sa voiture pour rentrer chez elle.
L’esprit encore embué, elle a voulu se mettre au travail.
Puis elle a senti un nouveau coup de pied, à travers son bidon tout rond.

Et elle était là. Elle était là cette question, dans un coin de sa tête.

Et si ?

Et si elle n’était pas tout à fait prête à donner encore de l’amour, encore plus.  Et si elle n’était pas capable d’aimer autant son deuxième enfant que le premier. Et si son grand bébé avait déjà pris tout l’amour qu’elle avait en elle. S’il ne lui était pas possible de les aimer tout les deux…

Au fond elle le sait. Elle ne l’aimera pas autant, elle ne l’aimera pas plus, elle ne l’aimera pas moins… C’est certain, elle ne l’aimera pas pareil.
Mais elle l’aimera, elle aussi, de tout son coeur. De son coeur de maman, extensible à l’infini.

Publicités

17 réflexions sur “Et si ?

  1. Étant fille unique et bien qu’ayant toujours voulu plusieurs enfants, j’ai eu beaucoup de mal avant de tomber enceinte de LittlePirate à me projeter avec 2 enfants. Et puis, et puis forcément la question ne se pose plus 😉

    J'aime

  2. Ah figure toi que la nature est une fieffée rigolote. Ce 2e bébé sera un autre avec une autre odeur dans son cou, avec une faussette inconnue, avec une histoire de naissance (je te le souhaite de tout mon coeur) différente. Ce 2e bébé pour lequel tu prendras d’autres marques (plus faciles niveau logistique, plus compliquées niveau temps dédié, plus pragmatiques niveau organisation mais plus savoureuses quand tu pourras laisser le temps filer car papa chouk sera là pour big brother) saura te séduire… biensûr au début, la question de l’aimer tout autant sera un peu encore là…. parce que tu n’auras pas les mêmes angoisses que pour the Chouk…. mais cette petite fille t’agrippera le sein avec tellement de ferveur, par exemple, qu’elle t’étonnera encore et encore. L’amour de construit avec la connaissance de son enfant. C’est encore plus vrai avec le second qui n’a pas la primeur des apprentissages de parents mais qui (c’est ma théorie) construit l’entité « famille ». Oui, tu l’aimeras autrement et ce sera tout aussi bien et tout aussi déroutant. Et puis avec les années, selon leur fatigue et la tienne, suivant les périodes, suivant leurs évolutions et leurs caractères, tu auras parfois un préféré pour quelques jours ou quelques semaines. Un t’apaisera plus que l’autre, l’autre sera plus complice ou partagera une belle expérience. Et Ca changera souvent…. mais ça c’est un secret de maman…. vieille. 😉 on aime ses enfants différemment et ils seront tous les deux tes préférés…. à part égale et pour des raisons différentes. Et si…. c’était ça l’amour maternelle?

    J'aime

  3. C’est tellement une question que je me suis posée enceinte du second. Avec l’ombre de ma position de 2nde qui bousculait la relation fusionnelle de ma mère et mon frère. J’en ai beaucoup pleuré car ça a réveillé une blessure en moi. Et pourtant ma mère m’aime très fort, autant que mes frère et sœur.
    Aujourd’hui je sais qu’il y a 2 places dans min cœur, mais tellement différentes !
    Ton tour demain ! ❤

    J'aime

      1. Je suis sûre que ça va très bien se passer car tu te poses la question !! Tu feras très bien !!! (après il n’y a pas de parents idéaux ! on en reparle à l’adolescence huhu !)
        Je pense que ma mère ne s’attendait pas à une telle fusion avec mon frère (elle-même plutôt peu proche de sa mère). C’est juste pendant ma grossesse que ça ma perturbé ! Et avec les hormones, on peut pleurer beaucoup hein !! Sinon mon enfance, je l’ai très bien vécue 🙂
        bisous,
        Sandrine

        J'aime

  4. La grande question .. Celle que l’on n’envisage pas avant de se lancer dans l’aventure d’un deuxième mais qui arrive sournoisement au cours de la grossesse et devient encore plus intense avant d’accoucher !!
    Je te rassure on les aime autant mais différemment car chacun est différent 🙂 ce qui est magique c’est que l’amour d’une maman ne se divise pas mais se multiplie ❤

    J'aime

    1. C’est beau ce que tu dis ! Merci ❤
      ça me rappelle un poème de Victor Hugo que j'avais appris petite "Ô l'amour d'une mère, amour que nul n'oublie ! Pain merveilleux qu'un Dieu partage et multiplie, Table toujours servie au paternel foyer ! Chacun en a sa part, et tous l'ont tout entier !" Il a la classe ce Victor 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s