INTERVIEW: « J’ai vécu une Menace d’Accouchement Prématuré (MAP) »

La Menace d’Accouchement Prématuré (MAP) survient entre 22 et 36 SA révolues et se caractérise par des modifications cervicales d’une part et des contractions utérines régulières d’autre part. Ces deux paramètres peuvent conduire à l’accouchement prématuré si des mesures médicales ne sont pas prises rapidement. La MAP est la première cause d’hospitalisation pendant la grossesse. Aline m’a proposé son témoignage il y a quelque temps déjà, elle est bloggueuse scrap et photo: www.animfolies.com. Aujourd’hui elle va nous parler de sa MAP, les mesures qu’elle a dû prendre, et de ce que cela a impliqué pour sa grossesse et son accouchement.

 

 

Bonjour Aline, peux-tu te présenter et présenter ta famille?

Bonjour et merci de me donner la possibilité de m’exprimer sur ton blog.

Ma famille se compose de mon cher et tendre mari que j’ai épousé il y a quelques mois et de 2 jolies filles, ma grande qui a 3 ans et demi et mon bébé qui a eu 6 mois hier.

 

Comment s’est passé le début de ta grossesse?

Après seulement quelques mois d’essais, je suis tombée enceinte début juillet 2013 pour un terme le 6 avril 2014. Le début de la grossesse s’est bien passé, à part quelques vomissements (oui c’est super glamour) et une grosse fatigue.

Puis, début août, j’apprends que j’ai contracté le Cytomégalovirus ! J’ai dû faire une prise de sang pour vérifier à quelle date j’ai été contaminée, ça a été la semaine la plus longue de ma vie ! Pour finir, la prise de sang a révélé que j’ai eu ce virus 3 mois avant de tomber enceinte donc pas de soucis.

Ensuite nous avons pris quelques jours de vacances et la grossesse s’est poursuivie normalement.
Jusqu’à Noël…

 

Puis cela a évolué, peux-tu nous expliquer ce qui s’est passé?

Avant Noël j’ai eu un énorme coup de fatigue. Ensuite gros coup de stress au boulot, les relations un peu tendues avec ma chef et des nouveaux horaires imposés qui ont eu du mal à passer. J’ai commencé à avoir des contractions 4/5 chaque jour, du coup j’ai été arrêtée une semaine.

En janvier j’ai demandé à ma sage femme d’avancer d’une semaine mon rendez-vous parce que je ne me sentais vraiment pas bien. J’avais énormément de contractions.

J’y suis allée en me disant que j’allais lui demander une semaine d’arrêt et que ça irai mieux après un peu de repos.

Je me suis installée, elle m’a auscultée et m’a dit tout calmement : « oh la la Mme S. qu’est ce que vous me faites là? » Elle m’a expliqué ce qui se passait, toujours calmement et avec les mots bien choisis. J’avais le col ouvert à 2,5, mou, court et saignant.

Elle m’a dit qu’il fallait que je prévienne mon conjoint, que je passe chez moi prendre quelques affaires et que j’aille aux urgences obstétriques de l’hôpital juste à côté. Elle a appelé la salle de naissance de la maternité, pour leur dire que j’allais arriver.

Elle m’a expliqué que pour elle j’avais beaucoup de risques d’accoucher ce soir, que je devais rester calme et que tout allait bien se passer. La maternité dans laquelle elle m’a envoyée est une maternité de niveau 3 c’est à dire qui peut accueillir et gérer un enfant grand prématuré.

 

Une MAP c’est quoi? Qui a posé le diagnostic et quelles ont été tes consignes?

Une MAP ou Menace d’Accouchement Prématurée voilà ça veut tout dire, c’est une complication de la grossesse qui fait que tu risques d’accoucher prématurément avant 37 SA. C’est le fait d’avoir des contractions qui modifient le col de façon significative. Là c’était vraiment très prématuré, j’étais à 28 SA avec un bébé d’à peine 1kg !

Je suis arrivée à 18h30 à l’hôpital, j’ai été prise en charge immédiatement étant donné que ma sage femme avait prévenu directement la salle de naissance. J’ai eu une piqûre pour aider bébé à maturer ses poumons. Ensuite j’ai eu des médicaments, puis une perfusion, une seconde et enfin une troisième avec le dernier produit possible pour stopper les contractions.

A chaque changement de traitement je voyais un médecin et une sage femme, qui m’expliquaient ce qu’ils faisaient, ce qui pouvait se passer. A chaque fois la même chose : « si nous n’arrivons pas à stopper les contractions vous risquez d’accoucher cette nuit ».

En quelques heures j’ai rencontré l’anesthésiste et aussi la psychologue. J’ai demandé comment ça allait se passer si j’accouchais ce soir là ? ». Les sages femmes ont été formidables. Elles m’ont expliqué les choses de façon posée mais détaillée.

A partir de là j’étais prête, j’avais peur mais j’étais prête. Je savais que mon bébé risquait d’avoir besoin d’une assistance pour manger et pour respirer. On m’a expliqué que même dans cette situation ils pouvaient lui donner un peu de mon lait, si je souhaitais allaiter par la suite.

La psychologue m’a proposé de me montrer des photos de bébés nés au même terme que moi. J’ai préféré décliner et je ne le regrette pas aujourd’hui.

Les contractions ont stoppé vers 3h30 du matin !

Le véritable diagnostique et le terme de la MAP ne m’a été donné que le lendemain matin. J’ai vu le gynécologue obstétricien de garde qui m’a ré-expliqué tout ce qui s’était passé dans la nuit.

 

Comment as-tu pris la nouvelle? 

Avec le recul, je pense que je savais que quelque chose n’allait pas, je le sentais puisque j’avais déjà des contractions, que j’ai avancé le rendez-vous par moi-même.

Par contre, quand on te dit que tu risques d’accoucher là maintenant tout de suite, alors que cela fait à peine 4 mois que tu vis sereinement ta grossesse, et bien je crois que tu paniques un peu. J’ai fait une crise d’angoisse qu’une infirmière m’a aidée à calmer.

Pendant l’hospitalisation, j’ai pleuré un peu, stressé beaucoup mais j’ai écouté l’équipe médicale, suivi les conseils. J’ai été soutenue par mon mari et cela a été primordial.

 

Et le papa ?

Déjà il faut préciser qu’il n’a pas pu rester ce soir là. Il m’a déposée aux urgences et a dû rentrer à la maison avec notre grande. J’ai regretté de ne pas l’avoir confiée à notre ami et voisin pour qu’il puisse rester à mes côtés mais je pense qu’il (nous) n’avait (n’avions) pas mesuré l’ampleur de ce qui pouvait se passer.

Ce que je peux dire c’est que même si lui aussi a été angoissé, il ne l’a quasiment jamais fait paraître et a tout géré à la maison.

 

Comment as-tu organisé tes journées après l’annonce de la MAP?

Et bien je me suis retrouvée au lit. Les 2 / 3 premiers jours j’ai cru pouvoir venir manger à table, le soir, avec mon chéri et ma grande mais j’ai très vite senti les contractions donc j’ai abandonné l’idée et j’ai fini au lit toute la journée sauf pour la douche et le pipi !

Mon mari m’a installé un vrai poste de pilotage avec ma tablette pour regarder la télé, mon pc avec des séries dessus, une jolie table de lit qui s’incline. De l’eau, du chocolat, quelques livres et aussi du spasfon !

Il a tout géré, les courses, les repas, les allers-retours chez la nourrice, les rendez-vous chez le pédiatre pour la grande, les rendez-vous pour les échographies et les allers-retours à l’hôpital pour moi, le boulot avec parfois des astreintes, les bains, le linge… pour le ménage j’ai eu droit à quelques heures par ma mutuelle.

 

La MAP a-t-elle été levée ou a-t-elle été longue dans le temps?

La MAP n’a pas été levée étant donné que j’ai été suivie à domicile par ma sage femme. Une fois par semaine qui venait me faire un monitoring et vérifier si tout allait bien. J’ai été ré-hospitalisée début février à 32 SA. A nouveau, j’ai failli accoucher dans la nuit mais les sages-femmes ont réussi à stopper les contractions avec les mêmes médicaments que la première fois.

Taline #37-4

Peux-tu nous raconter la fin de l’histoire?

Après 2 mois alitée, à 37 SA, bébé n’était plus considéré comme prématuré. Ma sage-femme et mon ostéopathe m’ont autorisée à me lever à partir du vendredi 7 mars. Du coup le vendredi soir je m’en suis donnée à cœur joie pour faire une séance photo de grossesse avec une amie photographe (probablement le meilleur souvenir de ma grossesse). Le samedi et le dimanche je suis allée me promener avec ma grande qui était toute contente de retrouver sa maman debout. Dès que nous faisions quelque chose elle disait « maman, ça fait un moment qu’on a pas mangé à table ensemble, maman ça fait un moment qu’on n’est pas allé au parc ensemble… »

Le lundi 10 mars, j’avais la visite des 9 mois à la maternité et j’avoue que j’espérais secrètement qu’ils me gardent et mon souhait a été exhaussé. Pendant l’examen le gynécologue a découvert que j’étais dilatée à 7 !

J’ai été transférée en salle de naissance et mon accouchement a été hyper rapide. Après 20 minutes de travail, ma puce est arrivée, toute belle et pas si petite que ça. Elle pesait 3 kg 150.

 

Quel message voudrais-tu faire passer aux futures mamans en MAP?

Je voudrais dire aux futures mamans en MAP qu’il faut ABSOLUMENT se reposer, s’organiser pour se faire aider à la maison. Pour moi, rester allonger a été la clé pour tenir 2 mois de plus. Ma sage-femme m’a dit à chaque visite « une journée de plus dans votre ventre, c’est une semaine de couveuse de gagnée »

C’est hyper important et même si c’est très contraignant il faut ce dire que c’est seulement quelques mois dans toute une vie, pour avoir un bébé en pleine forme qui peut manger seul et surtout respirer seul.

Pour conclure je voudrais te remercier pour cette interview. J’ai une pensé pour ma grande qui a été patiente et gentille tout au long de cette aventure. Je pense aussi à mon mari qui, malgré l’angoisse que lui aussi a ressentie, a été extra. Je veux aussi remercier ma sage-femme qui a été plus que parfaite, qui a fait du domicile presque «juste pour moi» qui a été disponible et à l’écoute tout au long de ma grossesse.

Et merci à vous de m’avoir lue jusqu’au bout.

Je te remercie pour ton témoignage et cette « Happy End » qui fait du bien. Merci de t’être livrée ❤

Advertisements

3 réflexions sur “INTERVIEW: « J’ai vécu une Menace d’Accouchement Prématuré (MAP) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s