La crèche

Depuis lundi, c’est notre deuxième semaine d’adaptation à la crèche.

Nous avons beaucoup de chance d’avoir cette place en crèche pour notre Chouquette, et cela tombe parfaitement bien puisque je reprends une activité professionnelle de mon côté.

Alors la crèche comment ça se passe pour nous?

Ce doit être très difficile de laisser son bébé tout petit chez une nounou ou en crèche pour reprendre le travail après un bref congé maternité. J’ai eu la chance de ne pas vivre cela puisque j’ai gardé Bébé Chouquette à la maison tout en étant assmat. Mais aujourd’hui, j’ai eu envie de prendre du temps pour me consacrer à une activité professionnelle qui me plaît vraiment, il fallait donc confier mon fils à un tiers.
Nous avons fait des demandes en crèche sans trop y croire et finalement nous avons eu le sésame pour une place à la rentrée.

Nous allons arriver à la fin de la période dite « d’adaptation ». Si tu n’es pas parent ou que tu n’as pas encore confié tes enfants, je vais t’expliquer comment ça marche.

La période d’adaptation permet à l’enfant (et aux parents!) de s’acclimater à son nouvel environnement et d’apprivoiser les nouvelles personnes qui vont prendre soin de lui. Du coup tu commences par venir avec ton enfant, tu restes avec lui. Puis petit à petit tu le laisses une demi heure, une heure, deux heures, trois heures… Puis pour le déjeuner, la sieste etc. Jusqu’à arriver à une journée complète.
Pour moi, c’était super important de ne pas bâcler ces instants. Déjà parce qu’en formation d’assmat on nous avait rabâché que c’était primordial de respecter des temps précis pour ne pas perturber trop l’enfant. Et puis aussi parce que ce n’est pas parce que l’enfant ne manifeste pas que ça ne va pas que ça va bien! Ce n’est pas parce qu’il ne pleure pas ou qu’il ne part pas en courant qu’il se sent bien. C’est forcément un choc tout ça, quel que soit l’âge. Quand ils sont bébés et dans notre cas quand ils ont été habitués à être gardés par un parent, la séparation n’est pas à prendre à la légère. Il y a forcément des enfants qui s’acclimatent mieux que d’autres, en fonction des caractères mais aussi des habitudes de garde qu’ils ont eu à la maison.

Et puis c’est une chose que l’enfant gère, mais les parents dans tout ça?

Ben moi je ne gère pas du tout.

Je l’avoue très clairement: j’ai eu au moins autant besoin de cette période d’adaptation que mon fils, si ce n’est davantage. Il est bien plus fort que moi. Alors quand les puéricultrices ont voulu régler ça en une semaine parce que « Il s’adapte super bien ça sert à rien de faire traîner » j’ai dit « non ». Déjà parce que j’ai décidé que maintenant je ne me ferai plus marcher sur les pieds et aussi parce que, puisqu’on avait le temps, je ne voyais pas pourquoi on aurait bâclé cette période d’adaptation. Et si j’avais eu la possibilité de la faire sur 1 mois, je le dis ouvertement: je l’aurais fait.
Après plus de 16 mois passés 24heures/24 avec mon enfant, j’ai du mal, vraiment. Nous l’avons déjà fait garder bien sûr, chez ses grands-parents, chez ses taties, chez nounou ou par des baby-sitters. Mais ce n’est pas pareil.

Alors ce matin, quand je l’ai laissé, je suis revenue jusqu’à ma voiture et j’ai pleuré. Puis en passant la porte de mon appart j’ai encore pleuré.
Parce que je vais devoir m’habituer à l’absence de mon enfant, à ma solitude. Et je déteste ça moi la solitude.

Je sais que ça fait des mois que je réclamais du temps pour moi et j’en ai enfin. Ben oui, je sais c’est paradoxal tout ça, mais je vais devoir m’y faire petit à petit. Me faire au silence, aux déjeuners en tête à tête avec Papa Chouquette sans le nain qui bouffe les miettes sous la table (oui il fait ça, non ne nous envoyez pas la DDASS). Me faire à tout ce temps, ce long temps pour moi et mon travail.

En fait je me rends compte que je fais partie de ces mamans qui culpabilisent quand elles font des choses pour elles. Je sais qu’on ne demande aux mères de n’être que des mères. Nous ne sommes pas QUE des mères, nous ne pouvons l’être d’ailleurs. Mais je crois que je suis une vraie mère poule et voir grandir ce petit poussin Chouquette, c’est vraiment dur pour mon coeur de maman.

 
Capture d’écran 2014-09-02 à 15.54.29

 

Je sais que je vais m’y faire, d’autres mamans s’y font, pourquoi pas moi?

Advertisements

17 réflexions sur “La crèche

  1. J’aurai pu écrire cet article il y a 10 mois… J’ai mal vécu l’adaptation qui était trop courte et le fait d’entendre mon fils hurler de l’autre côté de la rue. Mais je me suis fait violence, je savais que je le faisais pour lui plus que pour moi. Du temps pour moi, je n’en ressentais pas le besoin à ce moment, on terminait juste l’allaitement, il avait 11 mois. Ça faisait bcp de choses d’un coup.
    Mais maintenant, je reprends aussi un nouveau boulot, et il aime aller la bas et surtout nous faire la vie pour ne plus en repartir!
    Sois courageuse, tu vas vite t’adapter. Au début, moi j’étais incapable de rentrer chez moi sans lui alors j’allais chez ma mère ou faire mes courses. Trouvé t’occuper ça ira mieux. ❤

    J'aime

    1. En fait c’est ça mon problème, les premiers temps comme ce n’était que une heure ou deux de séparation je suis allée boire un café à côté de la crèche ou chez une amie, et là aujourd’hui d’avoir tout ce temps pour moi et pour rentrer…wahou! Bon j’ai du boulot donc ça va aller petit à petit et je ne veux surtout pas lui communiquer mon stress alors je prends sur moi… Merci pour ton message ❤

      J'aime

  2. Mais oui, tu vas t’y faire 😉
    Ici la petite viking y va 2 demi-journées par semaine depuis qu’elle a 4 mois et demi, parce que j’avais besoin de souffler. Les premières semaines je me rappelle que j’étais perdue, genre « Mince, mais je faisais quoi avant?! »
    Et après j’ai appris à en profiter et maintenant je l’avoue: ça fait un bien fou d’être un peu seule 🙂
    D’autant plus que la petite viking adooooore la crèche! En général elle est tellement contente de retrouver ses copains qu’elle ne me jette même pas un regard avant que je parte et elle a même un amoureux ^^

    Allez, dans quelques temps tu seras ravie d’y emmener Bébé Chouquette 😉

    J'aime

    1. Merci Chloé 🙂
      Ce qui me soulage en effet c’est qu’il soit content d’y aller! Il attend devant la porte le matin pour partir et il court jusqu’au portail à peint descendu de la voiture, donc c’est que tout va bien de ce côté là.
      Je sais que ce temps pour moi j’en ai besoin et avec le boulot c’est de toutes façons indispensable, donc je vais m’y faire 🙂 Mais je ne suis pas prête pour qu’il trouve une amoureuse, s’il fait ça il va m’achever ^^ Mais c’est bien parti chez les moyens il n’y a que lui comme garçon! Il pourra même en avoir plusieurs!
      Merci beaucoup pour ton message! ❤

      J'aime

  3. Ne serait-ce pas un sac déglingos ? 🙂
    Pas simple de laisser sa progéniture à quelqu’un d’autre… J’aime beaucoup la nounou de ma Poupette, mais quand même… Au travail je pense fort à elle et j’ai hâte de la retrouver le soir 🙂
    Je n’aime tellement pas la laisser que j’ai décliné un week-end copines…

    J'aime

    1. Je viens de voir que je ne t’avais pas répondue 🙂
      Si c’est bien un sac Déglingos huhu notre craquage de la rentrée 🙂
      C’est vrai que c’est dur, très dur. On n’est pas préparé nous les mamans, on essaye de préparer nos enfants mais on oublie de nous préparer nous…

      J'aime

    1. Oui c’est dur. Franchement je trouve cette semaine très longue, je reprends juste le boulot, j’ai les hormones au plafond, je ne gère pas du tout mes émotions. Heureusement que j’ai un chouette bébé et qu’il me rend la tâche plus facile en s’adaptant bien 🙂

      J'aime

    1. Carrément! Et puis même si ça se passe très bien pour lui, il commence à percuter que je vais l’amener tous les jours et du coup je vois que le matin il est mitigé… il court vers le portail mais en même temps il aimerait bien que je le suive… bref ce n’est pas évident.

      J'aime

  4. En effet ce l’est pas une étape facile … L’impression de l’abandonner et je pèse mes mots, que toi tu vas bosser plutôt que d’élever ton enfant …. Mais c’est vraiment un rythme à prendre, d’autres habitudes.
    Ma Lise s’y est très bien faite … Même trop …. Elle hurlait pour pas rentrer à la maison certains jours (chez nous c’est le bagne ^^).
    Rare, voire très rare sont les fois où je l’ai mise à la crèche alors que ne bossait pas. Il a fallu quand même taper du poing sur la table pour pouvoir récupérer ma fille en sortant du boulot (14h30 à 45) car c’était l’heure de la sieste ….. Mais là elles n’ont vraiment pas eu le choix !!!!!!!!! Je la récupère coûte que coûte et quand je veux !!!!! 😉

    J'aime

    1. Ce n’est pas facile de s’imposer parfois mais tu as eu raison, c’est dur de faire des compromis entre le rythme de l’enfant, celui de la maman, les obligations professionnelles etc, c’est dur de s’y retrouver parfois.
      Pour le coup je reprends une activité professionnelle donc je n’avais pas le choix que de le faire garder, la place en crèche est bien tombée. Même si la directrice de la crèche n’est pas agréable, elle me fait bien sentir que de travailler a la maison ce n’est pas vraiment travailler et elle m’a carrément dit que « l’arrivée en plus d’un deuxième bébé risque de beaucoup affecter votre enfant ce n’était pas une bonne idée » mais je t’emmerde! Je fais ce que je veux quoi!

      J'aime

  5. Ping : La crèche #2 |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s