INTERVIEW: « Je veux une fille, absolument. »

Le sexe du bébé, vaste question… Un paramètre inconnu pendant des semaines, qu’on ne maîtrise pas. Qu’on veuille garder la surprise jusqu’à la naissance ou tout prévoir en fonction du sexe de son futur bébé, il nous préoccupe forcément, mais à différentes échelles. Aujourd’hui voici le témoignage de Linda, qui voulait une fille absolument…

 

Bonjour Linda, peux-tu te présenter et nous parler un peu de ta famille?

Bonjour, je m’appelle Linda, j’ai 32 ans, je suis maman depuis 1 an et en couple depuis 8 ans avec Fred. Je suis professeur de latin, passionnée de couture et de lecture. J’aime ma famille par dessus-tout.

 

Peux-tu nous raconter les débuts de ta grossesse?

Ma grossesse est une grossesse surprise. Nous n’avions pas prévu cela avec mon conjoint. J’étais en recherche d’emploi et mon conjoint en reconversion professionnelle, autant dire que ce n’était pas le moment. Nous utilisions des méthodes de contraception naturelles (comptage des jours, prise de température), je croyais bien connaître mon corps, mais il m’a joué un tour sur ce coup là. Aujourd’hui je reconnais que nous avons joué avec le feu pendant des années.
Du coup, un jour, absence de règles, test de grossesse, et là le verdict tombe: je suis enceinte. Après une prise de sang, je découvre que je suis enceinte de 15 jours seulement, de quoi nous préparer petit à petit et nous faire à cette toute nouvelle idée. Mais dès que j’apprends la nouvelle, une chose me vient en tête. Cela deviendra très vite une obsession: « c’est une fille, ce doit être une fille, je veux une fille ».

 

Une question me vient donc, tout simplement: pourquoi?

Au début je n’y réfléchis pas vraiment, je pense que c’est une petite fille que j’attends, je ne le vois pas autrement en fait. Puis petit à petit je me rends compte que cela prend toute la place dans ma tête. Je ne profite pas de ma grossesse, je suis dans l’angoisse d’avoir la confirmation que c’est bien une fille. Mon conjoint me pose la même question, je cherche des explications. Je n’ai pas eu de maman. Elle est décédée quand j’étais petite et du coup je n’ai pas eu de relation mère-fille. J’aurais voulu la connaître, lui confier des choses, profiter de ma grossesse à ses côtés. Mais la vie en a décidé autrement. Donc j’imagine que je reproduis ça avec le bébé dans mon ventre. Ce petit être qui n’a rien demandé j’en ai conscience. Mais c’est plus fort que moi. Je sais que je vivrais dans l’angoisse jusqu’à l’écho officielle décisive.

 

Et alors, la révélation?

Notre bébé était déjà très coquin, avant l’écho officielle aucun indice. Les jambes croisées, les fesses en avant, rien à faire. J’ai donc complètement craqué et je suis allée voir une voyante. Elle m’a annoncée une fille. J’étais trop heureuse! Toutes mes copines y sont allées de leurs pronostics avec des méthodes toutes plus abracadabrantes. Des pendules, la forme du ventre, en fonction de mes envies… Puis le jour de l’écho. J’y arrive sereine, convaincue qu’il va me confirmer ce que je sais déjà. Et l’échographe nous pose la question « vous voulez connaître le sexe? » BIEN SUR!  « C’est un garçon ». Gros zoom sur le zizi, aucun doute possible: c’est un garçon. Mon monde s’écroule. Je me mets à pleurer à chaudes larmes. Le médecin prend ça pour de la joie. Jusqu’à ce que je me lève, le tshirt encore remonté, et que je parte, devant deux bonshommes abasourdis.

 

Comment se passent les jours suivants?

Je suis inconsolable. Mon mari tente de me raisonner, mais rien n’y fait. Je voulais une fille. Je pensais avoir une fille. Je suis plus que déçue et j’ai l’impression qu’un étranger squatte mon ventre. Moi qui parlais avec ma fille depuis des semaines, je suis à bout. Je n’ai plus envie de rien. Pas question de trouver un prénom ni de peindre les murs de la chambre en bleu. Je ne sais même plus si je veux de ce bébé (je sais, c’est atroce).

 

As-tu eu un déclic?

Oui. Un matin, je me suis levée. Mon bébé donnait des coups de pieds dans mon ventre. J’ai pensé à ma mère. Et je me suis trouvée ridicule. J’en faisais beaucoup trop, sans me préoccuper de ce qui comptait vraiment: j’étais enceinte, c’était un cadeau magnifique, mon enfant était en bonne santé et je devais me préparer à l’accueillir.

 

Raconte-nous la fin de ta grossesse.

J’ai pris le temps. Le temps de faire le deuil de ma fille, oui j’en étais à ce point là. Le temps d’appréhender et d’apprivoiser mon fils dans mon ventre. Nous avons choisi un prénom et acheté les meubles pour la chambre de notre fils. Mon mari a essayé de me comprendre et m’a beaucoup soutenue. Puis les contractions sont arrivées.

 

Raconte-nous la rencontre avec ton fils.

Je voudrais dire que ce fut magique et magnifique. Mais non. Déjà j’ai eu un accouchement compliqué qui s’est soldé par une césarienne. Les contractions ne dilatant pas mon col suffisament vite. Mon bébé était en souffrance, j’ai vécu une épreuve, vraiment, avec la césarienne. Je n’ai donc pas vu mon fils immédiatement. J’étais sous anesthésie générale. Et quand on m’a amené mon bébé, j’ai eu cet énorme pincement au coeur. Je me suis écoeurée moi-même par la suite d’ailleurs. Mais j’étais déçue. Je crois que j’ai cru jusqu’au dernier moment que j’aurais une bonne surprise et que j’aurais une fille, finalement. Je la désirais tellement. Mon mari a des photos que nous n’avons jamais montrées à personne, j’ai mon bébé dans les bras et on lit la déception sur mon visage. Je grimace presque en le regardant.

 

Quel message voudrais-tu faire passer?

Je sais que beaucoup ne me comprendront pas. Je sais que je vais passer pour un monstre. Je sais que beaucoup de parents ne veulent qu’un enfant, peut importe le sexe. Mais je sais aussi que certains vont me comprendre. Je sais pour en avoir parlé à quelques proches, que je ne suis pas la seule à avoir été déçue par l’annonce du sexe de mon enfant. Et je sais que les mamans et les papas dans mon cas son beaucoup jugés. Je voudrais juste que ce jugement cesse. Parce qu’on n’est pas maîtres de nos sentiments et que se fait honte nous-mêmes, ce n’est pas la peine d’en rajouter. Nous envisageons une deuxième grossesse et je sais qu’elle sera très différente. Je sais à quel point j’ai fait un monde de tout ça et je ne me focaliserai plus sur mon hypothétique fille, je profiterai davantage de ma grossesse et de mon enfant in utero, quel que soit son sexe.
femme-enceinte

 

Merci Linda d’avoir osé te confier sur cette déception quant au sexe de son bébé, un tabou encore malheureusement alors que de nombreuses mamans sont dans ton cas. J’espère que celles-ci se sentiront moins seules en lisant ces lignes et que cela les aidera un peu. ❤

Advertisements

7 réflexions sur “INTERVIEW: « Je veux une fille, absolument. »

  1. Waouh comme à chaque fois, je suis très émue par cette interview. Je fais (malheureusement) partie des personnes qui jugent/jugeaient les personnes qui comme Linda étaient tellement déçues du sexe de leur bébé. Linda explique très bien ce qu’elle a ressenti. Je vais tâcher d’être moins sévère avec les autres, après tout, je sais pas ce qui se trame derrière cette envie irrépressible d’un enfant de tel ou tel sexe. Merci à vous 2 de m’avoir fait réfléchir !

    J'aime

  2. joli témoignage
    Enceinte de bébé un je n’avais pas de préférence (j’ai eu un garçon)
    mais pour mon deuxième, je revais fille, je pensais fille, d’ailleurs je n’avais que des prénoms de fille…c’est une fille

    je ne sais pas si au bout du compte j’aurais été déçu si numéro 2 avait été un garçon

    J'aime

  3. C’est un très jolie témoignage, c’est compréhensible de faire le deuil (même si le terme paraît fort), c’est ce qu’à ressenti cette personne, et il faut le respecter. Tant mieux si de elle même, elle a compris que le fait que ce soit un garçon et pas une fille dans son bidon n’est pas si important mais c’est surtout qu’il y a un petit être qui ne demande qu’à être aimé.

    J'aime

  4. J’ai l’impression que souvent les filles veulent des filles et les mecs des mecs ! 🙂 Personnellement j’avais une petite préférence pour un ptit mec et c’est ce que j’ai eut 🙂 Je ne suis pas très à l’aise avec les jouets de fille vu que je préférais jouer aux jeux de garçons.
    Il est certain que le plus important ce soit la santé, mais il y a des choses qui ne se commandent pas ! 🙂

    J'aime

  5. Je comprends tout a fait Linda , j ai perdu ma maman a 8 ans et je comprends son sentiment de vouloir connaître ce qu est une relation mère – fille . Par contre , c est bizarre mais pour ma 1 ère grossesse je voulais absolument un garçon , ce qui a été le cas , ma déception s est ressenti lors de ma seconde grossesse quand j ai appris que j attendais un garçon de nouveau , alors que pourtant , aujourd hui il a 9 ans et je ne pourrais vivre sans lui , nous avons une relation si forte ! Après une séparation avec leur papa , me voilà mariée avec mon homme et lui n ayant pas d enfant et étant un beau père exemplaire , la question du bébé s est vite posé … La , par contre j ai de suite pensé à la petite fille !!! En me disant que c était la dernière chance d en avoir enfin une !!! La vie m a écouté et à la première echo la gynéco nous annonçait que c était une fille j étais si émue !!!! J’ ai hâte de la rencontrer je suis a 7 mois de grossesse et j’espère que nous allons construire une très belle relation ! J’ attendrais un garçon , il m’ aurait fallu du temps pour faire le deuil de la petite fille!!! Ç’ est très particulier quand vous n avez plus votre maman , ce n’est pas qu un caprice comme ça peut l être dans d autres cas !

    J'aime

  6. Moi ça commence à aller mieux , mais je fais des rêves bizares, : j’accouche de mon fils, et puis avec le placenta il y a une toute petite fille en plus, grosse comme une mandarine qu’on n’avait pas vue à l’écho, ou alors juste après avoir accouché j’apprends que je suis encore enceinte parce-que mon fils par accident a fécondé un ovule et … que c’est une fille 😦 (allo docteur Freud????) . On peut juger tant qu’on veut, mais le fait que j’en fasse carrément des rêves en dit long sur la profondeur du problème. Peut être que le point positif de ces rêves c’est que mon fils nait quand même, qu’il existe et que la fille est métaphorique trop petite ou pas encore née, pas développée. C’est probablement le deuil du bébé disparu à la première écho, elle n’a pas eu le temps d’avoir plus de trois mois in utéro avant de disparaître. Quand j’achète les vêtements de bébés , je suis jalouse des vêtements de filles et je traine dans le rayon (même si les questions de fringues me passent au dessus de la tête et que ça n’a rien à voir avec l’envie de jouer à la poupée) , j’ai l’impression qu’on m’a pris quelque chose de magnifique , pour me donner un truc moins bien , moins intéressant, moins complet, moins beau.

    Et il y a la question du rapports aux hommes, à part mon homme, ils ont tous été plutôt décevants voir violents, c’est la partie avec laquelle j’ai le plus de mal , j’ai du mal à croire qu’un homme puisse être bon . J’ai peur de donner naissance à un horrible oppresseur, quand il me donne des coups forts parfois je me dis « ça y est il commence déjà à me battre » . Pour construire la relation je regarde des photos de bébés garçons , de garçons mignons , gentils , je lui ai donné en deuxième prénom celui d’un homme que j’admire (il a fallut que je me creuse sérieusement les méninges). Alors je l’aime, oui , puisque j’ai peur qu’il soit malheureux et que je culpabilise beaaaaucoup de cette situation , j’essaye de ne pas être trop dure avec moi-même , parfois je le prends en pitié , petit bouchon et je le console et lui dit des choses rassurantes 😦 diantre que c’est compliqué . Dans le fond je sais que ça va aller. à voir comment mes rêves évoluent d’ici le terme :p

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s