Les principes d’éducation piqués à mes parents

Quand tu deviens parents, tu te questionnes sur ce que tu vas reproduire de ton propre schéma d’éducation et ce que tu vas mettre de côté.
Je ne suis pas trop pour les principes fantaisistes, les 12 000 règles à la noix que personne ne suit vraiment. Mais sans y réfléchir vraiment, je me suis rendue compte que j’ai quelques principes qui me viennent en tête, des envies, des idées, quand je vois d’autres parents agir ou au quotidien avec leur enfant.

Aujourd’hui je te parle des principes que j’ai ou que je vais piquer à mes parents. La semaine prochaine je te parlerai des trucs que je ne leur piquerai pas… (on ne peut pas être d’accord sur tout ça serai trop beau!)

 

1- Pas de télévision dans les chambres

Ce fut un grand principe de mes parents. Pas de possibilité de contrôler les programmes donc pas de télévision sans qu’un adulte puisse veiller au grain. Je pense que ce principe s’est endurci avec le temps, car mes parents qui sont instituteurs ont vu chaque année des élèves qui dormaient en classe parce que les parents ne contrôlaient pas la télévision dans la chambre de leurs enfants.

 

2- Manger à table, en famille

Là encore, hors de question de manger à des horaires décalés, ailleurs qu’à table. Pas d’enfants qui mangent devant la télé pendant que les parents sont à table. Pas d’enfants non plus qui sortent de table tant qu’ils n’en ont pas l’autorisation. Ce fut les moments où j’ai eu le plus de discussions avec mes parents et où nous avons tissé le plus de liens familiaux. Aujourd’hui je leur dis « merci » pour ça.

 

3- Goûter à tout

Tu n’es pas obligé d’aimer, mais tu ne sors pas de table tant que tu n’as pas goûté. Va de pair avec le point #2. Je n’ai jamais été pour « forcer » mon enfant à faire quoi que ce soit. Mais je trouve important, en bonne vivante que je suis, d’éveiller le goût en faisant tester différents aliments à mon enfant.

 

4- Ne pas coucher notre enfant à des heures improbables

Oui il y a eu, il y a e il y aura toujours des exceptions à ce principe. Mais dans l’ensemble ce principe régit pas mal notre quotidien et participe au bien être de Bébé Chouquette. Bien sûr, on n’est pas à 5 minutes près, bien sûr il arrive qu’il se couche un peu plus tard que d’ordinaire ou qu’on zappe une sieste. Mais dans l’ensemble on se rend compte qu’en respectant ce rythme, tout le monde s’y retrouve. Et en grandissant il en sera de même. Oui j’ai souvent râlé de ne voir que la moitié du film et d’aller me coucher à la pub. Mais je ne me suis jamais endormie en cours (enfin si une fois mais on avait pris un somnifère avec des copines pour rigoler).

 

5- Savoir faire preuve d’autorité

Pas de l’autorité pour rien, pas de l’autorité pour faire peur ou contraindre, mais une autorité juste qui servirait à cadrer. C’est peut-être le point le plus difficile pour moi pour le moment. J’ai du mal à tenir bon sur mes interdits parce que Bébé Chouquette est un charmeur. Il teste les limites, il sait faire le clown et je sais qu’il faut que je fasse attention à camper sur mes positions pour rester logique dans mes propos et que Bébé Chouquette me comprenne. Donner des limites, pas par fantaisie par parce que c’est nécessaire à la construction de mon enfant.

 

6- Ecouter, échanger, partager, pardonner… et ne jamais « rancuner » 

Chez moi, on n’est pas toujours d’accord mais on peut parler de tout et on évite de juger. On n’a pas les mêmes idées politiques ou sociales, mais on essaye de faire preuve d’ouverture d’esprit. On débat beaucoup, on échange, on s’engueule, on se réconcilie, on s’aime… Et on se le dit:

 

7- Exprimer ses sentiments

J’ai des personnes dans mon entourage qui m’ont déjà avoué ne jamais avoir entendu leurs parents leur dire qu’il les aiment… JAMAIS je ne voudrais que mon enfant dise ça un jour. Alors on le lui dit. On se dit qu’on s’aime mais on dit aussi quand on est malheureux et on explique pourquoi. Chez nous on se parle sans filtre. On est franc, on apprécie: on le dit, on est vexé: on le dit. La franchise est l’honnêteté sont les maîtres mots. Et ce sera pareil avec nos enfants (quand bébé chouquette sera en âge de comprendre tout ça…).

 

8- Rester unis

Quand j’étais plus jeune (mais je le suis encore hein) je me disais souvent que « je n’étais pas très famille ».  Ben c’est totalement FAUX. « Je suis très famille » (ça ne veut rien dire mais tout le monde comprend). J’aime ma famille. J’aime notre unité, notre solidarité: toujours là les uns pour les autres, sans conditions. Faire des kilomètres pour s’entre-aider, passer des vacances ensemble, des heures au téléphone: c’est ça la famille comme je l’aime et comme ça que je rêve notre relation avec nos enfants. Chacun son truc, je comprends que tout le monde n’ai pas besoin de ça, mais moi si!

 

 

Et toi, tu as des principes, des règles, des envies pour tes enfants et ta famille que tu as repris de tes parents?

image

Advertisements

6 réflexions sur “Les principes d’éducation piqués à mes parents

  1. Je ne pensais pas avoir des principes mais en lisant ton article, je me rends compte que oui 🙂
    je ne ‘force’ pas mes enfants à manger, comme toi, je leur demande de goûter, je ne veux pas que les repas finissent en dispute et cris! il y a des horaires pour aller au lit ainsi qu’ une heure fixée pour mon ado, aprés 10H30 le petit déjeuner c’est fini!
    il est important que les enfants se respectent, je suis ouverte à la discussion et présente pour eux. je leur fais bien comprendre que je suis leur maman et pas leur copine! Surtout pour mon ado ! Être parent ce n’est pas de tout repos!

    J'aime

    1. Ça c’est sur!
      Être parents ce n’est pas toujours facile!
      Aujourd’hui une dame m’a dit que mon fils faisait un caprice quand il s’est mis à crier sur la plage. Je me suis rendue compte que j’avais un autre principe: ne pas juger l’éducation des autres. Chacun fait comme il peut et on n’a pas besoin des commentaires désobligeants des uns et des autres pour avancer.
      Merci pour ton commentaire 🙂

      J'aime

  2. Je suis un peu les mêmes principes que toi. Sauf pour les repas en famille impossible à faire chez nous à cause des horaires du papa. Ou alors il faudrait coucher ma grande bien plus tard et là encore c’est impossible.
    Bref !
    Sinon il a fallut s’adapter car mon conjoint et moi n’avions pas les mêmes principes éducatifs !
    Bises

    J'aime

    1. Il a le « comme on a envie de faire » et le « faire comme on peut » aussi 🙂 Ici nous avons reçu des éducations différentes alors en mélangeant un peu tout ça on essaye de trouver nos principes à nous 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s