La bonne poire qui ne savait pas dire non

Aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais su dire « non ». Alors peut-être, pendant mon terrible two, ai-je été une machine à « non », il faudrait que je me renseigne. Mais ce temps là est clairement révolu, et depuis longtemps.

Je suis ce que ma sœur appelle « une bonne poire ».

J’ai beau avoir un caractère bien trempé, qui devrait faire que je ne me laisse pas marcher sur les pieds, et bien…ça dépend. Je peux tout envoyer péter en 2/2 parce que ça me saoule, ou devenir hystérique quand on touche à une cause qui m’est chère ou à mes proches, mais quand on me demande quelque chose, j’ai beaucoup de mal à dire « non ».

Alors que parfois, bon sang, je n’ai vraiment pas envie de faire ce qu’on me demande…

« Tu peux m’héberger de septembre à août?
– Oui.

Tu peux venir me chercher et me ramener dans la journée alors que je suis à 300km de chez toi?
– Oui.

Tu peux te jeter d’un pont c’est pour une expérience, c’est super important pour moi ?
– Euh oui…

Je peux te tarter violemment ?
– Oui . »

Et c’est tout comme ça. J’ai un grain des fois je te jure. C’est tellement simple ces trois petites lettres, aussi simple qu’un « oui ». Mais je n’y arrive pas bourdaïl, c’est plus fort que moi !!! Le pire c’est que j’arrive parfois à l’accompagner d’un petit « bien sûr » ou « avec plaisir » qui viennent se poser là. POURTANT JE NE VEUX PAS ÊTRE GENTILLEUH.

Mais je n’aime pas le conflit, je n’aime pas blesser les gens. Alors que c’est assez paradoxal parce que quand je suis au cœur du conflit je peux très vite faire tout péter, à grand renfort de « je te jette des objets à travers la tronche » et « je hurle comme si je me faisais enlever par des FARC ». Quand je suis énervée je fais rarement, que dis-je : JAMAIS, semblant.
Mais dire « non » c’est super dur. Ou mieux « j’ai pas envie ». Han ça serait tellement bien de pouvoir dire ça de manière naturelle et que personne ne se vexe !
Et pourtant je m’entraîne, je suis franche dans la vie et je n’ai aucun mal à dire ce que je pense aux/des gens, donc le « non » devrait aller avec tu vois. Mais il ne veut pas sortir ! Il se transforme irrémédiablement en un timide « oui », un peu moins enjoué qu’il ne devrait l’être.
Et à peine l’ai-je prononcé que je me déteste, je cri « nooooon » dans ma tête (tu sais le « NOOAANNN » robotique au ralenti dans les films), j’ai envie de me mettre une droite dans ces moments là.

Pourquoi? Pourquoi je n’arrive pas à le sortir ? Quitte à vexer les gens, après tout ça ne serait pas la première fois. Alors pourquoi ?

Parce que je suis une bonne poire, voilà, ma sœur à (encore) raison. Tout ça est tout à fait en corrélation avec mon côté aimant des âmes tourmentées. Le pire c’est que je sais que parfois les gens en ont profité et abusé. Bien plus qu’ils ne l’auraient dû.

Je suis, cependant, en route vers le « non ». J’ai fait un énorme travail sur moi pour dire « non » à Bébé Chouquette. Il était hors de question que je laisse tout passer nanmého. Du coup le « non » a débarqué en force, surtout depuis qu’il marche et qu’il expérimente tout un tas de choses dangereuses. J’arrive à faire face à sa surprise, à sa mine frustrée, parfois à ses larmes… Sans pleurer moi-même. C’est bien hein ?

Alors peut-être que bientôt j’arriverai à le dire aux autres…

bonnepoire_tida2
Source image: Tida

Publicités

20 réflexions sur “La bonne poire qui ne savait pas dire non

  1. Ah bah tout pareil, mais les enfants formidables car ils ont ce don si particulier qui est de nous faire grandir et nous apprendre autant que nous leur apprenons^^

    J'aime

  2. Je suis aussi une bonne poire, celle qu’on appelle quand on a besoin de quelque chose mais qu’on ne prévient pas des bonnes nouvelles.
    Le pire, je crois, c’est de me rendre compte que l’autre abuse et de l’entendre me le dire ouvertement genre  » bah oui, tu es la Tata, je savais que tu ne pourrais pas refuser de garder le bébé tout neuf qui fait pas ses nuits tout un week end pendant que je vais me bourrer la gueule avec les copines « . Dans ces moments là, j’ai l’impression que « GROSSE POIRE » est écrit en gros sur mon front.
    Je vais aussi me lancer dans la « non thérapie » 😉

    J'aime

  3. Ma petite poire, il faut apprendre à être une grosse noix de coco dure et poilue……qui cogne mais qui est tellement bonne quand on a cassé sa coque!

    J'aime

  4. Il va falloir apprendre à dire NON… après tout il n’y a pas plus de lettres que dans un OUI…
    Et puis dire NON n’entraine pas forcément des conséquences négatives !
    Cela dit, tu peux me livrer 3 kg de chouquettes pour demain matin ?

    J'aime

      1. le pire c’est que quand j’étais plus jeune, je n’aimais pas la pâte à choux… puis j’ai appris à la faire et surtout autrement que fourrés à la crème pâtissière ! et depuis, j’adore les chouquettes 🙂 par contre, j’ai toujours aimé les gougères 😉

        J'aime

  5. Je me reconnais aussi pas mal!! bcp bcp de mal à dire non en général, si ce n’est avec le loulou, of course, question de sa survie, et dans mon boulot!!! (là c’est pour ma survie! lol un non calme mais ferme, posé, mais indéboulonnable est Le minimum requis pour enseigner en collège!)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s